Environnement : Changement climatique et gestion des inondations, quels rôles et responsabilités des collectivités territoriales.


Le Haut conseil des collectivités territoriales a effectué ce jeudi, une rencontre à travers une visio conférence, avec le ministère de l’environnement et du développement durable, dans le cadre des travaux de la troisième session. Au menu, il était question de débattre sur la responsabilité partagée des deux institutions sur les effets du changement climatique et l’impact négatif qu’il a sur l’environnement. D’où le thème : « Environnement, Changements climatiques et Collectivités territoriales : quelles nouvelles perspectives pour un développement durable ? »

En ce sens, le Ministère de l’Environnement et du Développement durable a mis en œuvre la politique définie par le Chef de l’État, dont la vision est d’arriver à l’horizon 2035, à faire de la gouvernance verte le socle d’un Sénégal émergent, pour un développement socio-économique inclusif et durable.

L’opérationnalisation de cet objectif passe, notamment par la lutte contre la déforestation et la dégradation des terres ; la conservation de la biodiversité et de gestion des aires protégées ; la lutte contre les pollutions, les nuisances et les effets néfastes des changements climatiques. En outre, faire du secteur de l’environnement et des ressources naturelles, un levier de croissance inclusive, dans le respect des principes de gestion durable des écosystèmes, de transition écologique et de renforcement de la résilience et du bien-être de la population.

Le premier sous-thème concerne les rôles et responsabilités des collectivités territoriales dans la lutte contre les changements climatiques. La tâche de ces derniers est primordiale dans la mise en œuvre de la politique environnementale du pays. Le deuxième sous-thème est relatif aux rôles et responsabilités des collectivités territoriales dans le changement climatique et la gestion des inondations. Un thème qui épouse le contexte actuel.

En effet, les inondations vécues ces temps-ci un peu partout au Sénégal ont encore montré que les risques climatiques ont des incidences considérables sur le développement socio-économique de notre pays. Le Ministère de l’Environnement et du Développement durable assure une mission transversale qui couvre l’ensemble des domaines de la vie économique et sociale, y compris la prise en charge des différentes formes de dégradation de l’environnement et du cadre de vie des populations, dont les inondations constituent l’une des manifestations les plus visibles, surtout pendant la saison des pluies.

Ainsi, dans le volet adaptation de notre contribution déterminée au niveau national, communément appelée CDN, les risques d’inondation ont été analysés et trois axes majeurs d’intervention préconisés. Il s’agit de la mise en œuvre du plan national d’aménagement et de développement durable du territoire pour mieux organiser l’occupation de l’espace ; la restructuration des espaces urbains sensibles et le relogement des populations vulnérables ; et le renforcement des infrastructures d’assainissement et des systèmes de drainage des eaux pluviales dans les villes.

Abdou Karim Sall de souligner, au terme de cette session, des recommandations telles que la mise en place d’une base de données exhaustive permettant de connaître les risques liés aux inondations, les localiser, les surveiller et évaluer leur impact en termes de pertes et dommages subis par les populations ; la poursuite des efforts de mobilisation des financements nécessaires pour la mise en œuvre des investissements et des opérations d’entretien, de maintenance et de gestion des ouvrages existants ; la valorisation des résultats de la recherche en capitalisant les informations sur les risques d’inondation, leur évolution dans le temps et dans l’espace, leur conséquence sur la vulnérabilité de l’homme et de son milieu ; l’installation, sous ancrage institutionnel d’une entité existante au sein du ministère en charge des collectivités locales, qui est un dispositif de soutien pérenne à la mobilisation des ressources, qui joue le rôle d’interface entre le niveau national et le niveau local ; le renforcement du rôle des Comités régionaux Changement climatique et institutionnaliser les interrelations avec le Comité national, pouvant faire l’objet d’élaboration d’un plan d’actions.
Vendredi 27 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :