Droit social : Les jeunes reporters mis à contribution dans la gouvernance des relations professionnelles dans le secteur des médias.


Être informés, formés et outillés pour mieux intervenir dans l’espace juridique et institutionnel de l’administration du travail,  c’est ce dont il s’est agi ce jeudi avec la formation des journalistes par les inspecteurs du travail du ministère en charge de la question.   

Le projet « Ensemble vers la Réforme du Travail » s'inscrit dans le partenariat établi entre l'Allemagne et le Sénégal pour encourager les réformes dans le cadre de l'initiative « Pacte avec l'Afrique » du G20. Il vise à rendre la gouvernance du marché du travail plus favorable au développement économique durable et, par-là, à faciliter la création de nouveaux emplois, notamment pour la population jeune. Le projet est en phase avec le Plan Sénégal Émergent 2019-2023 (PAP II) et contribue à l'atteinte des objectifs liés à la transformation structurelle de l'économie, la croissance et le développement durable.

Il cible notamment les très Petites, Petites et Moyennes Entreprises (TP-PME) de l'économie informelle et formelle au Sénégal et les investisseurs nationaux et étrangers susceptibles de créer des emplois supplémentaires ou d’améliorer la qualité des emplois existants.

Ce matin, c’est la convention des jeunes reporters du Sénégal qui a été à l’honneur pour ouvrir l’atelier de formation sur les défis et perspectives liés au cadre juridique de réforme de la presse. Au cours de l’atelier plusieurs questions liées aux relations entre employeurs et les travailleurs ont été abordées. En effet, au cours de ces échanges entre  reporters, journalistes et spécialistes en droit social, il a été relayé une panoplie de droits pour les journalistes évoluant dans les entreprises de presse. Mais également, le droit des employeurs a été bien rappelé car, c’est un environnement professionnel dans lequel toutes les parties doivent accomplir leur mission. 

Dans les différentes interventions, il est revenu souvent la problématique de la condition du journaliste, mais également des difficultés que les entreprises de presse vivent souvent compte tenu de certaines situations économiques délicates. 

En réalité, l’inspecteur du travail, Moussa Sow, estime que les dispositions de portée économique et sociale consacrées par le Code de la presse participent sans aucun doute à l'instauration d'un cadre de gouvernance adaptée aux relations professionnelles dans le secteur des médias. Ces dispositions éminemment pertinentes complètent à bien des égards celles édictées par le Code du travail et ses textes d'application.

Toutefois, à l'épreuve de la pratique, de multiples défis se posent avec acuité quant à la mise en œuvre effective du cadre normatif régissant le secteur de la presse, notamment en matière de relations professionnelles, ce qui rend difficile la réalisation des performances attendues dudit secteur. Ces défis se résument entre autres : au parachèvement de la réforme du secteur ; à l'appropriation par les acteurs de la presse des normes pertinentes qui leurs sont applicables ; à l'application rigoureuse du cadre juridique régissant le secteur de la presse; à la mise à profit des cadres de dialogue social internes etc...

Jeudi 11 Novembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :