Défense et illustration du parrainage : le maire Issakha Diop explique l’esprit de la loi


Si cela ne dépendait que du maire de Pikine-Est, le projet de loi portant sur le parrainage passerait comme lettre à la poste. En conférence de presse ce mardi, Issakha Diop a essayé de convaincre son monde du bien-fondé de cette réforme en ces termes : « Le 19 avril sera un jour qui sera gravé en lettres d’or dans les annales démocratiques du Sénégal ». Prenant ainsi date, il saluera cette loi « comme la plus grande réforme démocratique qui permettra d’instaurer une lisibilité du jeu politique ». Il fera remarquer « que ce mécanisme de filtrage et de régulation » vise à « exclure définitivement les candidats fantaisistes, les candidats businessmen qui veulent se faire de l’argent sur le dos des Sénégalais ».
 
Calculette à l’appui, l’édile démontrera que cinquante candidats coûtent 50 milliards de F Cfa au contribuable sénégalais, à raison de 500 millions par candidat.
Le maire de Pikine-Est en déduit que ce pactole peut servir à créer des écoles, des postes de santé et d’autres infrastructures sociales de base.  
« Nous avons une opposition qui fait du théâtre, qui ne peut plus mobiliser personne et toutes les élections l’ont démontré », se laisse-t-il convaincre face un aréopage de jeunes acquis à sa cause.
En définitive, invite M. Diop : « Nous demandons aux jeunes sénégalais de ne pas répondre à l’appel de cette opposition aux abois ».
Mercredi 18 Avril 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :