Compétitivité et emploi des jeunes : le Sénégal et la Banque Mondiale paraphent 2 accords de financement d'un coût de 150 milliards de Francs CFA.


Le ministre des finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, a procédé le 04 juin, à la signature, avec Monsieur Nathan Belete, Directeur des Opérations de la Banque mondiale au Sénégal, de deux accords de financement relatifs au programme gouvernemental « accélérer la compétitivité et la création d’emplois » et au projet de gestion des eaux fluviales et d’adaptation au changement climatique.  

Au total, ce sont des financements d'une valeur de 280 millions de dollars, soit plus de 150 milliards de Francs CFA qui ont été signés avec  les partenaires de la Banque mondiale. Ce niveau d’engagement des partenaires de l'institution financière, relève le ministre, Abdoulaye Daouda Diallo, traduit manifestement la confiance dans les politiques publiques du Sénégal au profit du bien-être de ses concitoyens.

Il a annoncé que très prochainement et après l’accord du Conseil d’administration de la Banque mondiale, obtenu le mardi 02 juin, un accord de financement sera matérialisé pour l’acquisition de vaccins contre la Covid-19 pour un montant total de 134 millions de dollars, soit 72 milliards de francs CFA dont la moitié, soit 36 milliards, sera sous forme de don, donc sans remboursement.

À cela, s’ajouteront des ressources pour le cadastre et la sécurisation foncière à hauteur de 80 millions de dollars, soit 43 milliards de francs CFA dont la moitié sera un don ; 15,7 millions de dollars, soit 8,4 milliards de francs CFA en soutien au pastoralisme.

Le ministre des finances et du budget a également assuré de la poursuite du programme de bourses de sécurité familiale avec des ressources de l’ordre de 110 millions de dollars, soit 59 milliards de francs CFA, y compris près de 38 milliards FCFA en don.

Au total, le Sénégal conclura 898 millions de dollars, soit environ 484 milliards de francs CFA de financement avec la Banque mondiale durant l’année fiscale en cours, ce que le ministre, Abdoulaye Daouda Diallo considère comme un montant record dans les relations de financement du pays avec l'institution de Bretton Woods. 

Le gouvernement du Sénégal a magnifié à sa juste valeur l’approbation par la Banque mondiale, à travers ce partenariat, du Projet de Gestion des Eaux Pluviales et d'Adaptation au Changement Climatique (PROGEP 2), avec un financement de 155 millions de dollars, soit 83 milliards de Francs CFA, pour réduire les risques d’inondations dans la région de Dakar et améliorer les capacités de planification et de gestion des risques d’inondation à l’intérieur du pays. Ce financement, explique Abdoulaye Daouda Diallo, matérialise donc la volonté du Président Macky Sall de prendre en charge les préoccupations de la population exprimées depuis l’été 2020.

"Nous vous adressons nos vifs remerciements pour avoir mis en place ce projet impactant qui protégera cent vingt mille personnes (120.000) contre des risques d’inondations. Le PROGEP 2 s’inscrit dans la continuité du PROGEP 1, mis en œuvre entre 2012 et 2019 et qui avait permis de protéger des inondations 167 000 personnes, avec un financement de 90,6 millions de dollars", a confié l'autorité.

Fort de l’expérience que le Sénégal a  accumulée dans la mise en œuvre du PROGEP 1, le ministre des finances et du budget se dit confiant que la coopération entre le Sénégal et la Banque mondiale dans le cadre de ce nouveau projet portera ses fruits. Le nouveau projet va s’appuyer sur l’implication plus accrue des populations à travers la mise en place des comités de gestion des inondations (COLIGEP) dans les zones de mise en œuvre.

C’est une dimension inclusive qui est à saluer et qui participera à la pédagogie de l’action publique, pour ainsi renforcer l’esprit de coopération des populations, mais aussi l’acceptation communautaire du projet, sans laquelle aucune bonne perspective n’est envisageable.

Le second accord que le ministre a signé concerne un financement de 125 millions de dollars (80 milliards de FCFA) pour le Projet pour l'emploi, la transformation économique et la relance au Sénégal (ETER).
Cette initiative du Gouvernement vise à améliorer la compétitivité de l'économie, les capacités des micros, petites et moyennes entreprises (MPME) et les investissements du secteur privé. Les ressources sont destinées à l’accélération de la création d’emplois des jeunes. 

Selon Abdoulaye Daouda Diallo, le programme ne cible pas seulement les PME formelles, il vise aussi à soutenir les petites entreprises informelles, en prenant ainsi en compte le secteur privé national dans sa globalité. L’adoption des technologies, l’amélioration de la productivité ainsi que la promotion des exportations seront des axes forts qui permettront d’atteindre les objectifs fixés, a-t-il ajouté.

Pour arriver à ses fins, le programme opportun à l’heure actuelle, utilisera des canaux dédiés tels que le système de garantie partielle de crédit, l’accès au financement à long terme, ainsi que les subventions de contrepartie.

Conformément aux directives du chef de l'Etat qui a instruit le Gouvernement d’accentuer les initiatives en faveur de l’emploi des jeunes, cet appui financier viendra donc appuyer la mise en œuvre du Programme « XËYU NDAW GNI ».
Samedi 5 Juin 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :