Cinq bonnes raisons qui justifient de ne pas voter Bassirou Diomaye Faye.


Nous remercions le président de la République Macky Sall qui reste très dense politiquement.

Nous le remercions de nous avoir permis d’écouter le très inquiétant candidat Bassirou Diomaye Faye.

C’est la vraie contribution à la campagne du Benno Book Yakaar.

En vérité, la sortie et la prise de parole du candidat Diomaye Faye ont permis de battre en brèche la seule, véritable et impertinente  arme de campagne du Pastef qui est la suivante :

 

DIOMAYE MOY SONKO.

 

En vérité, Diomaye n’est pas Sonko.

En propos liminaires, constatons d’abord que Diomaye moy Sonko est l’affirmation de la faiblesse du candidat du Pastef.

C’est l’aveu que Diomaye n’est non seulement un vrai candidat et ne saurait être un réel chef d’Etat.

Il n’en a ni l’étoffe ni la carrure puisqu’étant un candidat de substitution.

Or, le Sénégal est à la croisée des chemins et a besoin d’un d’homme fort pour s’imposer ici et ailleurs.

Si même Sonko ne disposait de toutes les compétences pour diriger le Sénégal d’aujourd’hui, son clone lui n’en dispose même pas pour diriger une commune.

 

Pourtant Ndiaganiao, origine du candidat, nous a prévenu.

Diomaye très connu dans son secteur et hors de son secteur a été défait aux locales par Tenning Sene.

Cette dernière, quoique pertinente et vaillante, n’était pas extrêmement populaire au Sénégal.

Pourtant, elle a été adoubée par les populations au détriment d’un Diomaye Faye.

Pour rappel, ils sont tous les deux connus par les habitants de Ndiaganiao aptes donc à les départager et à mieux les départager.

Cela devrait interpeller. Car les figures du Pastef, pour beaucoup, ont gagné leurs communes.

Pourquoi Diomaye, numéro 2 de du parti, s’est fait laminer par une très efficace et très pertinente mais presque inconnue hors Ndiaganiao.

Diomaye n’est pas Sonko. C’est un truisme de le dire.

 

Diomaye, tout aussi, ne peut être l’égal du candidat Amadou Ba.

 

Il est certes inspecteur des impôts qui reste une profession mais demeure très inexpérimenté pour gérer sa commune à fortiori le pays.

 

Il n’a jamais été chef de service, jamais ministre, jamais député, jamais maire.

On ne peut manifestement pas lui confier le pays. Non pas parce qu’il n’est pas, au fond, animé de bonnes intentions. Mais parce qu’il est jeune très inexpérimenté. Il n’a ni les épaules, ni la carrure pour incarner le leadership du Sénégal sur le plan mondial. Il est de notoriété publique que le Sénégal est un petit pays mais une puissance diplomatique en Afrique et dans le monde.

 

N’oublions, pas au passage, que l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Ce n’est pas les intentions qui comptent. Il compte autres choses.

Les maires cataclysmiques du Pastef étaient sans doute animés de bonnes intentions. Pourtant, ils ont ralenti le développement des communes. Ils les ont fait régresser.

C’est aussi un constat général.

 

Depuis sa sortie de prison, le candidat Diomaye Diakhare Faye multiplie les bourdes.

 

A chaque prise de parole, il convainc davantage ceux qui ne l’avaient choisi à camper sur leurs positions.

Mieux, il décourage certains qui voulaient voter pour lui à  ne jamais le faire.

Il n’y a que les irréductibles du Pastef donc de leur leader Ousmane Sonko qui continuent vouloir voter pour lui.

Nous appelons ces sénégalais amoureux de leur pays et patriotes jusqu’au bout à écouter le sympathique Diomaye Faye et nous dire s’il est apte à porter le Sénégal ?

Force est de constater que la prison était son meilleur allié.

En réalité, sa détention lui aurait permis de masquer ses limites objectives et constatables prima faciès.

 

Sa maîtrise hasardeuse du fameux programme.

 

Le candidat lui-même dit méconnaître le programme.

Il a dit Expressis-verbis ceci :

Le programme Diomaye 2024 a été conçu dans la précipitation et sans concertation car il était privé de liberté.

La question, en conséquence, à se poser est la suivante.

Est-ce sérieux pour le Sénégal d’élire un candidat de substitution pour exécuter un programme bâti dans la précipitation et sans concertation ?

Nous passerons sous silence le fait de vouloir changer abruptement la monnaie qui jusqu’à présent est gage de stabilité en attendant d’approfondir mieux la réflexion ou de vouloir déplacer notre capitale à Ziguinchor conformément à un désir inavoué de son mentor.

 

Nous rappelons aux sénégalaises et sénégalais que les plus grands souteneurs du candidat Diomaye sont les plus grand frustrés du parti alliance pour la République.

 

Ils sont venus pour se venger par procuration parce qu’inaptes à valider leur candidature.

Il ne faut oublier que ces frustrés de l’APR n’ont aucune base politique.

Aminata Toure alias Tata MiMi allait être la première, si ce n’était l’appui de Pape Diop, à nous faire subir une cohabitation politique à l’assemblée Nationale.

Mary Teuw Niane a toujours été laminé à Saint-Louis.

Moussa Diop a été battu aux locales à Podor.

Personne d’entre eux n’a une base politique.

Vérités incontestables aussi bien sur BDF que sur ces frustrés.

A bon entendeur.

 

Banda Diop. Expert Financier / Ancien Maire de Patte d’Oie. Parti Socialiste

Aboubacry Thiam. Expert Financier

Boubacar Mohamed SY. Juriste / Ecrivain / Elu Local / ALSAR

Juliette Zinga. HCCT / Ancien Députée / Membre du PS

Honorable Amy Amel Top HCCT / Responsable de la jeunesse féminine APR national / Responsable Pole jeunes BBY Yoff Dakar

Ismaila Dione. Spécialiste en Administration Publique

Mamadou Haby Ly. Analyste

Moussa Baldé. Economiste / Responsable politique APR Kolda

Codou Thiam. Juriste / Responsable Politique Saint-Louis APR

Mamadou Cissé. Ingénieur en conception et gestion de la formation / Responsable Politique APR

Ablaye Ndiaye. Ancien Député / Conseiller spécial du Président du CESE

Mariama Ajavo Sambou. Entrepreneur / Responsable Politique Sédhiou

Jeudi 21 Mars 2024
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :