Attaque contre le régime : La riposte musclée des leaders de BBY contre l’opposition et ses membres…

C'est à une véritable mission commando qu'on a assisté aujourd’hui à l’occasion de la conférence de presse des leaders de la coalition BBY pour apporter la réplique suite à la dernière sortie de l'opposition, notamment les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi accusant le pouvoir de tramer un hold-up électoral au soir du 23 Janvier. Aminata Touré, Amadou Ba, Aliou Sall, Me Ousmane Sèye, Seydou Guèye, Zator Mbaye entre autres ont tous dans la même dynamique et le même ordre d’idées fustigé les « tentatives de manipulation de l’opinion par l’opposition ».
Selon les leaders de la coalition au pouvoir, l’opposition est sûre de sa défaite au soir du 23 Janvier prochain, c’est pourquoi ses membres tentent de semer le trouble.


Aminata Touré : « Personne ne pourra nous intimider encore moins nous impressionner »

Pour l’ancien Premier ministre du régime de Macky Sall, le Sénégal reste attaché aux principes républicains et à l’État de droit. C’est pourquoi, toutes les mesures seront prises pour garantir la paix et la sécurité des électeurs le jour du scrutin. L’ancienne présidente du CESE reste convaincue que personne ne pourra intimider l’opinion par des polémiques inutiles et encore moins les impressionner. « Le Sénégal est un pays de droit qui est reconnu de par sa stabilité et la qualité de sa démocratie. Il y a toujours eu des élections apaisées dans ce pays depuis 1960. Donc, c’est le même principe qui sera maintenu pour ces joutes électorales. Toutes les dispositions seront prises pour garantir la paix et la stabilité. Personne ne pourra nous intimider encore moins nous impressionner par des polémiques inutiles. C’est pourquoi nous rassurons les citoyens que le vote se déroulera dans un climat de paix et de stabilité », a souligné Aminata Touré. 

Amadou Ba : « Nous demandons à l’État de prendre ses responsabilités »

Loin de se vexer dans les polémiques inutiles et les menaces, l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise, par ailleurs coordinateur national de la coalition BBY, Amadou Bâ, invite l’État à faire face à toute tentative éventuelle de sabotage du scrutin de dimanche en garantissant la sécurité aux électeurs. « Il y a toujours eu des polémiques. Mais que tout le monde sache que le pays nous appartient tous. Et nous avons tous l'obligation de préserver la stabilité et la cohésion nationale. En ce qui nous concerne, la coalition de la majorité prendra toutes les mesures pour faire voter ses militants dans la paix et en toute sécurité. Nous demandons à l’État de prendre ses responsabilités pour garantir la sécurité aux électeurs le jour du scrutin », invitera Amadou Ba.

Aliou Sall : « L’opposition est en train de rêver »

Pour le maire sortant de la ville de Guédiawaye et candidat à sa propre succession, Aliou Sall, l'opposition, notamment les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi sont dans un sommeil profond et ils ne s’en rendront compte qu’au soir du 23 Janvier prochain. Car pour le candidat de BBY à la ville de Guédiawaye, la coalition BBY présente les meilleurs profils dans les différentes collectivités territoriales que comptent Dakar et les autres localités.

« Nos adversaires sont en train de rêver. C’est pourquoi ils promettent d’aller siéger à partir de 22 heures la mairie de Dakar. Ce qui est important pour nous, c’est que nous avons le meilleur profil pour la ville de Dakar, notre candidat Abdoulaye Diouf Sarr. L’autre chose c’est que la capitale a besoin d’un homme de paix et de stabilité qui a présenté son programme aux populations de Dakar pour travailler avec les partenaires au développement », a renseigné Aliou Sall.


Me Ousmane Sèye : « Si l’opposition constate des cas de fraude, elle n’a qu’à saisir les juridictions compétentes »

Loin de polémiques politiciennes, l’avocat Me Ousmane Sèye semble livrer un cours magistral de droit à leurs concurrents. Pour la robe noire, avant d’accuser une personne de fraude, il faut être prêt d’abord à pouvoir apporter les preuves nécessaires. « Quand on accuse les autres de fraudeurs, il faut pouvoir le prouver. Car ce n’est pas des allégations qui font gagner un procès. Ce que nous disons à l’opposition, c’est que nous avons des juridictions compétentes en matière électorale. S’ils constatent des cas de fraude, ils n’ont qu’à saisir les juridictions compétentes avec des preuves à l’appui », a invité la robe noire... 
Vendredi 21 Janvier 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :