Tribunal d'Instance : un couple concocte un deal et dérobe six fois à Auchan Mermoz des produits cosmétiques.

M. C., caissier à Auchan et F. Traoré, femme de ménage ont comparu ce mercredi 23 novembre 2022 devant le Tribunal d'Instance de Dakar. Ils sont poursuivis pour vol et complicité de ce chef. L'affaire a été mise en délibéré jusqu'au 28 novembre prochain.


Comme le dit le célèbre adage "le cœur a ses raisons que la raison ignore", pour dire que l'amour peut amener les gens à agir sans réfléchir. C'est ce qui est arrivé à F. Traoré qui a suivi les instructions de son petit ami Maguette C., pour voler six fois à Auchan Mermoz des produits cosmétiques. La dame a été trahie par la vidéo-surveillance du magasin. Arrêtée par les hommes du Commissariat du Point-E, elle a dénoncé son copain qui serait à l’origine de ses actes. Appréhendé tous les deux, les mis en cause sont passés aux aveux. Interrogée en premier par les limiers, elle déclare avoir connu son acolyte présumé lors d'une fan zone de la Rts pendant la Coupe d'Afrique des Nations 2022. Ayant entretenu une relation amoureuse, son copain lui a fait part de son projet d'ouvrir une boutique cosmétique dont il souhaiterait lui confier la gérance. C'est ainsi qu'elle a été associée au deal. Des déclarations que son amoureux a balayé d'un revers de main.

 

 

Une perquisition chez la dame a permis aux policiers de trouver des produits appartenant à Auchan. C'est sur ces entrefaites qu'ils ont été tous les deux déférés et placés sous mandat de dépôt avant d'être jugé ce mercredi 23 novembre 2022 devant la barre du tribunal d'Instance de Dakar pour vol et complicité de ce chef.

 

 

 

 

À la barre, Fatou a reconnu les faits qui lui sont reprochés en alléguant avoir accepté le deal par amour. "Je quittais le domicile de ma patronne à Fann résidence pour le rejoindre à Auchan Mermoz. Arrivé à Auchan, il me demandait de prendre les marchandises qu'il m'avait indiquées. Une fois à la caisse, je déclarais des articles insignifiants", se dédouane-t-elle. Quant à son petit ami, Maguette C. déclare être impliqué ni de près ni de loin dans cette entreprise délictuelle. "Elle ne dit pas la vérité. Les limiers avaient saisi d'autres marchandises chez elle. Au moment où elle volait certains articles, je n'avais même pas commencé à travailler à Auchan. J'ai été recruté le 4 janvier 2022", fait-il remarquer."

 

 

Selon l'avocat de la partie civile (Auchan) la culpabilité de Maguette C. est indéniable. "Les agents sont au fait de l'installation des caméras. Mais ils trouvent des moyens de dérober ou de faire dérober des biens de la société. Fatou T. est de bonne foi. À chaque fois qu'elle passait avec les marchandises, c'est Maguette qui se trouvait à la caisse", a argumenté Me Sow. 

Convaincue du préjudice subi par Auchan, la robe noire réclame un montant de 10 millions de nos francs pour réparation.

 

 

Invité à faire son réquisitoire, la représentante du parquet a requis l'application de la loi. La défense pense qu'Auchan cherche à licencier un citoyen honnête avant de demander que les mis en cause soient renvoyés des fins de la poursuite. Le jugement sera rendu le 28 novembre prochain...

Mercredi 23 Novembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :