Télécommunications : Devant les professionnels des médias, l’ARTP passe à la loupe ses 10 ans de régulation et se projette


Depuis 2014, le forum d’échanges et de partage est organisé pour permettre aux reporters, professionnels des médias, d’être outillés et d’avoir la bonne information dans le domaine du numérique. 

Pour sa 7e édition, l’Artp, à travers cette rencontre entend renforcer la capacité des membres regroupés autour de la convention des jeunes reporters du Sénégal, représentée par son président, Migui Maram Ndiaye, mais également avec l’union des radios associatives et communautaires du Sénégal (URAC), conduite par le président Mor Talla Dieng. C’est 72h de bilan d’une décennie de régulation des communications électroniques, des postes et des perspectives à l’horizon 2035 qui sera fait par l’autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) à partir de ce mardi.

Ces dix ans de bilan (2014-2024) concernent notamment plusieurs facteurs qui ont été au cœur des activités de l’autorité de régulation des télécommunications et des postes. Il y’a l’identification des clients, le roaming national, le Free roaming, l’extension de la licence 4G et la 5G. D’ailleurs, pour ce qui est du rooming national, les services de l’ARTP avec à leur tête, le secrétaire général, ont annoncé devant les reporters que, c’était un projet phare. Ce dispositif permettant aux abonnés d’un opérateur, de bénéficier d’un autre dès lors que son abonnement n’est pas fonctionnel dans le territoire où il se trouve, fut un projet majeur pour l’ARTP. « Nous avons un bilan élogieux au niveau africain. L’ARTP est un leader qui est aujourd’hui, une référence dans le domaine des télécommunications et au delà, de la régulation », a indiqué le secrétaire général de l’autorité, Yellamine Goumbala qui a présidé ce matin l’ouverture des échanges et partage d’expérience avec les professionnels des médias. Mais au delà de ce bilan, même si, salutaire, des priorités ont été déclinées. 

 

Il s’agit du dégroupage de la boucle locale, la certification à la norme ISO 27001 pour la sécurité des systèmes d'information, de la réalisation d'une enquête nationale sur l'accès et les usages des TIC et calcul d'un indice des prix des services de communications électroniques, l’opérationnalisation du projet pilote de la « Radio Numérique Terrestre », et le renforcement de l’espace économique des nouveaux acteurs (MVNO, FAI, FSVA, agrégateurs SVA…). 

 

Sur les perspectives également, l’Artp entend s’épancher sur l’évaluation des cahiers des charges des opérateurs postaux, la promotion des innovations liées à Internet (PV6, loT et LA, etc.), l’operationnalisation des centres régionaux de contrôle des fréquences, la gestion du nom de domaine « an » et le renforcement de l’encadrement juridique de futilisation d'internet. 

Le président de la convention des jeunes reporters du Sénégal n’a pas manqué de saluer cette initiative de l’ARTP qui contribue à donner aux professionnels des médias, les outils nécessaires pour faire le travail journalistique à dans le domaine du numérique. En effet, le président de la convention des jeunes reporters du Sénégal n’ignore point que cette étape du « traitement mécanique » des communiqués reçus souvent de l’ARTP, doit être déposée. « On avait pas assez d’outils pour pouvoir expliquer aux sénégalais, l’importance de ces documents. Ainsi, nous devons d’abord, non seulement être bien formés, mais également bien s’informer pour donner les bons éléments au public » a soutenu Migui Maram Ndiaye indiquant que la lutte contre la désinformation doit être surtout renforcée dans ce contexte électoral. La convention des jeunes reporters du Sénégal sollicite un acte de l’autorité de régulation des télécommunications et des postes pour équiper les reporters en termes de clés Usb, d’appareils électroniques etc et leur permettre de faire le travail convenablement. Une interpellation qui, selon le président Migui Maram Ndiaye, « n’est peut être pas tombé dans l’oreille d’un sourd » au regard de l’accompagnement constant initié par l’ARTP. 

 

Le président de l’URAC n’a pas fait moins que Migui Maram Ndiaye face aux revendications. Mor Talla Dieng dans son discours, a insisté sur situation actuelle de leur association. Ce forum a permis au président de l’URAC d’insister sur la valorisation des cultures et sur les fondamentaux qui sont les marques du Sénégal.  « Nous voulons montrer au monde la richesse et la diversité de nos cultures. L’ARTP doit se focaliser sur le soutien des acteurs des médias dans le contexte de mutation technologique » précise Mor Talla Dieng qui rappelle, devant le secrétaire général Yellamine Goumbala, représentant le directeur général, Abdou Karim Sall, que l’URAC a introduit une demande de fréquence d’une radio. Une interpellation comme celles faites par le président de la CJRS que l’Artp a entendue. L’autorité, par la voix de son SG, « reste très sensible pour le suivi… »

Au terme de ce 7e forum, un rapport sur des recommandations sera élaboré et partagé avec les acteurs autour de ce rendez-vous du donner et du recevoir. 

Mardi 16 Janvier 2024
Cheikh Sadibou Fall




Dans la même rubrique :