SÉNÉGAL –GUINÉE EQUATORIALE (3-0) : Laborieux, mais efficace ! (Par Abdoulaye THIAM)


SÉNÉGAL –GUINÉE EQUATORIALE (3-0) :  Laborieux, mais efficace ! (Par Abdoulaye THIAM)
Seule la victoire est belle. Dans le football moderne où l’argent a fini de prendre une place prépondérante, la manière est devenue subsidiaire. Ce samedi, Aliou Cissé a fait du Mourinho.

Les «Lions» ont pris, d’entrée de jeu, les commandes de leur poule en s’imposant (3-0) devant la Guinée-Equatoriale. Ils détrônent ainsi les Barea de Madagascar qui s’étaient adjugés la première place après leur victoire (3-1) devant le Soudan vendredi dernier.

Les Hommes d’Aliou Cissé ont donc rempli leur contrat. Ils ont fait leur job. Celui de gagner mais aussi de prendre la première place de la poule A dont ils sont donnés hyper-favoris.

Mieux, ils dissipent des inquiétudes qu’avaient relevé certains observateurs et autres détracteurs après la laborieuse prestation devant l’Ouganda (0-0), lundi dernier, en match amical. La bande à Kara Mbodji règle par la même occasion son problème d’inefficacité offensive dont elle avait fait montre depuis quelques matches.

Six rencontres sans victoire tranchent avec les habitudes de cette sélection depuis qu’Aliou Cissé a pris les commandes. On se souvient encore de ce grand chelem inédit dans le football sénégalais lors des éliminatoires pour la CAN gabonaise.

Mais la machine s’est ensuite grippée depuis l’élimination des Lions dans l’épreuve fatidique des tirs au but face à l’ogre camerounais à Franceville. Après le nul (2-2) des «Coiffeurs» face à l’Algérie, les «Lions» avaient enchainé avec quatre autres matches nuls Cameroun (0-0, quart de finale CAN 2017), Nigeria (1-1, amical à Londres), Côte d’Ivoire (1-1, amical à Paris), Ouganda (0-0, amical à Dakar) et une défaite (2-1, éliminatoires Mondial Russie 2018).

Joués 540 minutes sans remporter la moindre victoire, ça avait fini par installer le doute. D’où l’importance de la performance, samedi dernier, contre le Nzalang Nacional.

Une perf’ qui met également un terme à l’inefficacité offensive des «Lions». En 540 minutes, les attaquants n’ont retrouvé le chemin des filets que 5 fois.

Des circonstances atténuantes

Si l’élimination du Sénégal par le modeste Cameroun à la CAN 2017 est loin de connaître son épilogue (inefficacité offensive, problème de coaching, rivalité entre attaquants), on ne peut pas ne pas accorder des circonstances atténuantes à l’équipe face à l’Ouganda et à la Guinée Equatoriale. D’abord, à cause de la cascade de blessés. Et pas des moindres. Parce qu’une équipe sénégalaise sans Sadio Mané, Diao Baldé Keïta, Cheikhou Kouyaté, mais toujours sans Pape Ndiaye Souaré et autre Cheikh Mbengue, perdra forcément son âme. Que dire de la fin de saison qui s’avère souvent difficile pour beaucoup d’équipes ? Le mois de juin s’est d’ailleurs souvent révélé cauchemardesque pour les «Lions». On se souvient encore du Togo en 2005 et de la Gambie en 2008.

Stade Senghor: un champ de patate

Que dire également de la pelouse du stade Léopold Sédar Senghor ? N’ayons pas peur des mots. Elle n’est pas digne d’un pays comme le Sénégal qui entend jouer les grands rôles dans le football africain. Véritable champ de patate, elle ne favorise pas un bon jeu pour des joueurs professionnels qui évoluent, pour la plupart, dans de grands championnats d’Europe. Et dire que c’est le seul stade sénégalais homologué pour les matches de l’équipe nationale. C’est notre dernière infrastructure sportive, construite en… 1985. Diantre !

Quand le stade avait été suspendu par la CAF, suite aux malheureux événements d’octobre 2012 contre la Côte d’Ivoire, nos Lions avaient été condamnés à l’errance. La Guinée voisine nous avait servi d’hôte pour recevoir l’Angola. Le Maroc en avait fait de même pour les matches contre l’Ouganda (Marrakech) et Cote d’Ivoire (Casablanca). Cette farce n’a que trop durer. En attendant des stades flambants neufs, attendus avec impatience, il urge de changer la pelouse avant la réhabilitation totale du stade qui est d’une autre époque.
Par Abdoulaye THIAM
(Sud Quotidien)
Lundi 12 Juin 2017
Dakar actu




Dans la même rubrique :
Drogba change de tête

Drogba change de tête - 16/12/2017