Révision des listes électorales et nomination au Cnseil constitutionnel : Le CRD accuse le pouvoir et met en garde Macky Sall.


Réuni ce jeudi en visio-conférence, la conférence des leaders de l'opposition accuse le pouvoir en place de vouloir confisquer le suffrage universel au profit du parti Alliance pour la république et de ses alliés. 

"S’agissant de la révision exceptionnelle des listes électorales, la Conférence des Leaders considère qu’en décidant d’exclure les jeunes qui constituent l’écrasante majorité de la population du fichier électoral, notamment par la nécessaire présentation de la carte nationale d’identité pour l’inscription sur les listes électorales et par la trop courte durée de la période de révision des listes électorales, l’objectif visé est la confiscation du suffrage universel au profit de l’Alliance pour la République et de ses alliés. En excluant la majorité des électeurs, dont les primo-votants, et en favorisant l’enrôlement de ses partisans et des bénéficiaires des programmes sociaux et des recrutements népotistes, clientélistes et nébuleux du gouvernement", a souligné le communiqué final de la rencontre virtuelle du CRD.

En outre, la conférence des leaders de l'opposition met en garde garde le chef de l'État Macky Sall et invite tous les membres de l'opposition à faire face contre ce qu'ils considèrent comme une forfaiture.

"Le Président Macky vient de confirmer son entêtement à produire le chaos dans ce pays avec le projet d’y trouver un contexte favorable qui, pense-t-il, devait lui permettre d’imposer un troisième mandat au Sénégal au moyen de la force et de la répression violente ! Pour le CRD, et face à cette énième forfaiture, l’opposition doit prendre ses responsabilités et les jeunes doivent défendre leur droit à être inscrits sur les listes électorales", précisera la Conférence des leaders de l'opposition. 

Dans un autre registre, le CRD prend acte de la nomination par le président de la République des membres du Conseil constitutionnel et attire l'attention du chef de l'État sur les postes vacants. 

"En ce qui concerne le phénomène récurrent de la vacance de postes dans le secteur de la justice, la Conférence des Leaders a pris acte de la nomination de trois nouveaux juges au Conseil constitutionnel. Il attire en outre l’attention de Macky Sall sur la nécessité de pourvoir aux postes vacants dans les cours et tribunaux pour assurer une bonne administration de la justice dans notre pays. Il s’agit en particulier des postes importants de premier président, de procureur général de Cour d’appel et de doyen des juges d’instruction à Dakar qui sont vacants depuis des mois. Le CRD invite à la convocation régulière du Conseil Supérieur de la Magistrature, qui ne s’est plus réuni depuis mai 2020, alors que la loi prévoit deux réunions au moins par an. Ces dysfonctionnements démontrent un manque de respect notoire du Président de la République à la justice en particulier et aux institutions de la République en général alors que la Constitution, tout comme son serment, l’investit d’assurer leur fonctionnement régulier", conclut le CRD dans son communiqué transmis à notre rédaction...
Jeudi 29 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :