Réélu dès le premier tour avec 58,27% : Comment Macky Sall a remonté la pente entre 2017 et 2019


Réélu dès le premier tour à l'issue de la présidentielle du 24 février dernier, Macky Sall rempile avec un score honorable de 58,27%. Le candidat de Benno Bokk Yakaar a obtenu 2.547.936 voix sur 4.426. 344 votants. 
 
Par la même occasion Macky Sall a remonté la pente puisqu’entre les élections présidentielles de 2012 et les législatives de 2017, Benno Bokk Yakaar a laissé des plumes en chemin. Pour illustration, la coalition présidentielle a engrangé 1.909 244 des votes, soit 65,80% au deuxième tour tandis qu’en 2017, Benno Bokk Yakaar, conduite par l’actuel Premier ministre s’est contenté de 49,47% des voix exprimées.  

En même temps, au moins dans onze régions, l’ensemble dirigé par Macky Sall a connu une régression entre 2012 et 2017 même s’il est resté majoritaire par rapport aux autres forces politiques avec lesquelles il était en compétition.  

Seules les courbes des régions de Kaffrine, de Kolda et de Matam sont restées croissantes de 2012 à 2019. A ce jeu, la région de Matam coiffe au poteau ses concurrentes puisqu’ayant opéré une évolution de 28% entre 2012 et 2019.
 
En revanche, au moins deux régions, à savoir Diourbel et Ziguinchor se sont révélées incontrôlables pour la coalition présidentielle durant ces sept dernières années. En 2012, si Macky Sall et Benno Bok Yakaar ont remporté la palme dans la capitale du Baol avec 51,82%, en 2017 la moisson a été moins bonne (45,72%) avant de dégringoler en 2019 au profit d’Idrissa Seck. Le même schéma est constaté dans le sud, notamment à Ziguinchor où de 54,17% en 2012, la coalition présidentielle s’est retrouvée avec 38,72% au sortir du dimanche 24 février 2019. 
 
Mais ces contre-performances essuyées dans ces deux régions ne représentent pas grand-chose devant la “remontada” du camp présidentiel dans au moins 09 régions du Sénégal entre 2017 et 2019. Par exemple à Dakar, la coalition présidentielle est passée de 36,13% à 48,90%. À Fatick, Benno Bokk Yakaar a quitté 67,93% pour atteindre 79,77%. Louga n’est pas en reste avec ses 34 points supplémentaires alors qu’elle avait perdu 4 points entre 2012 et 2017. 

Ces performances sont à mettre dans le compte du bilan du président Sall qui a accéléré la cadence ces deux dernières années. En témoigne la série d’inauguration qui a précédé la présidentielle. À cela, s’est ajouté le lancement des travaux de nombreuses infrastructures au profit des populations sénégalaises. 

L’opposition n’a pas su profiter réellement du parrainage pour regrouper ses forces. Ce qui a d’ailleurs eu le don de décider certains de ses membres et non des moindres à rejoindre le camp présidentiel la veille de la présidentielle.  
Dimanche 3 Mars 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :