Production agricole : Ndogal Tadjele un grenier qui peine à s’assouvir


Niché au cœur du Walo à quelques encablures de Nder où les femmes se sont données la mort, Ndogal Tadjele est réputé comme étant un village de "Kang-fori" (érudits). Un village musulman où l’apprentissage du Coran est obligatoire pour tout enfant né dans ce village perdu au cœur du Walo. 
 
Au-delà d’être une contrée islamique, Ndogal Tadjele mène ses propres activités génératrices de revenu. L’agriculture. Après les cours coraniques, les populations de ce dit village composé de hameaux profite de l’étendue d’un relief plane et d'un sol arable pour survivre, avec des champs à perte de vue.
 
Et parmi la multitude de produits, il y a la pastèque cultivée sur des dizaines d’hectares. 
 
Ce natif du village s’appelle Oumar Seck, un promoteur qui a, à son actif, 40 hectares de pastèque. Malheureusement, faute de moyens, ce brave paysan peine à en profiter pour maximiser ses recettes. Interrogé, il révèle qu’il n’a pu exploiter que 16 hectares. 
Résidant à Dakar, c’est à son jeune frère qu’il a confié le champ. Son nom Pa Omar Seck. Ce jeune cultivateur nous dit-il, se lève à l’aube pour aller au champ afin de cultiver leur espoir. La pastèque est la source de revenu de cette famille Seck. 
 
Même si ce travail semble bien porter ses fruits, Pa Omar assure qu’il aurait pu dépasser la quantité, mais hélas les moyens ne sont pas réunis pour leur permettre de protéger et d’entretenir le champ comme il se doit.
 
D'ailleurs, l'une des principales revendications de la population locale est la redynamisation du secteur agricole qui est très en retard par rapport à l’évolution du secteur. Ce sont des moyens rudimentaires qui sont toujours utilisés par ces populations.
 
Dans une lettre adressée à son excellence le président de la République du Sénégal, Omar Seck gardait beaucoup d’espoir à bénéficier de l’accompagnement du gouvernement pour multiplier sa production. Hélas, les choses se sont bloquées juste après la démission du ministre Aly Ngouille Ndiaye du gouvernement.
 
Une denrée très exploitée par les populations de ce village car la pastèque est un élément incontournable dans le dessert des sénégalais. La pastèque est « l’or rouge » du dessert, dont la culture s'étale sur cinq mois ...
Lundi 11 Décembre 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :