Municipalité de Kaolack : 39 ex-travailleurs entament une grève de la faim illimitée


Municipalité de Kaolack : 39 ex-travailleurs entament une grève de la faim illimitée
Les 39 ex-travailleurs de la mairie de Kaolack qui avaient initié dernièrement une grève de la faim pour demander leur réintégration à Mariama Sarr, conformément à une décision de justice, ont encore remis ça. Ce matin, ils ont pris d'assaut l'entrée principale en arborant des brassards rouges. « Nous avons décidé de mettre fin à ce problème en organisant une grève de la faim illimitée. Et je dis qu'aucune personne ne peut intervenir pour nous demander de suspendre ce mouvement d'humeur », a lancé Mr Abdou Ndiaye, le secrétaire général du syndicat des travailleurs des collectivités locales / Cnts (Section Kaolack.)
Sous les yeux des grévistes de la faim, le secrétaire général de l'Union régionale de la Cnts Kaolack, persiste et signe : « Notre mouvement s'explique par le fait  que la mairie de Kaolack refuse d'appliquer une décision de justice. Comme j'ai l'habitude de le dire et le procureur l'a dit, nul n'est au dessus de la loi. Donc, une maire-ministre ne peut pas être au dessus de la loi. Les travailleurs ont bénéficié d'une première condamnation du tribunal régional du travail, la mairie a fait appel, la cour d'appel a confirmé la décision, alors je crois que les travailleurs sont liés à la mairie de Kaolack par des contrats à durée indéterminée. Mariama  Sarr n'a pas régularisé les travailleurs prétextant que la municipalité ne disposait pas de budget, mais actuellement le budget est disponible et pourtant la décision tarde à être appliquée ».
Dénonçant le refus de la municipalité de se soumettre à la décision de justice ainsi que la dernière réunion avec l'édile de Kaolack qui a 'accouché d'une souris', les ex-travailleurs ont demandé l'intervention du chef de l'État. « Avant hier, elle a convoqué une réunion qui a  déçu tout le monde. Au cours de cette réunion là, ce qui nous a le plus touché, c'est que malgré la présence du préfet tout ce que madame le maire a dit c'est du faux et le préfet l'a cautionné. Notre problème n'est pas un problème politique. C'est un problème social, un problème des travailleurs. Et le président Macky Sall doit intervenir avant qu'il ne soit trop tard », a-t-il ajouté.
De son côté, la mairie de Kaolack à travers son responsable de la communication, Cheikh Ndao, a promis d'apporter la réplique dans les heures à venir.
Mercredi 28 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :