Mimi Touré : «Des milliers de victimes de Hissein Habré attendent toujours que Abdoul Mbaye leur dise ce qu’il est advenu des milliards que lui a confiés l’ex-dictateur tchadien. »


Mimi Touré : «Des milliers de victimes de Hissein Habré attendent toujours que Abdoul Mbaye leur dise ce qu’il est advenu des milliards que lui a confiés l’ex-dictateur tchadien. »
« Abdoul Mbaye ne digère toujours pas d’avoir quitté le poste de premier ministre, c’est l’unique raison de sa rancoeur tenace. Son discours de fiel tient à une seule chose : Avec moi, Abdoul Mbaye, Premier Ministre du Sénégal, tout était rose dans ce pays, mais depuis que Macky Sall m’a renvoyé, c’est le déluge!  » Avec 7000 voix collectés dans tous les 45 départements du Sénégal, soit 0,2% aux dernières législatives, les sénégalais ont dit clairement à Abdou Mbaye ce qu’ils pensaient de lui. Ses voisins aussi d’ailleurs, puisqu’il n’a eu que 8 voix dans son bureau de vote.
En avril 2012, Il était totalement inconnu des sénégalais, c’est le Président Macky Sall qui l’a sorti de l’anonymat et de sa retraite dorée. Et pourtant Abdoul Mbaye n’avait pas levé le petit doigt pour contribuer à son élection.
Par ailleurs, il est mal placé pour donner des leçons de morale. Les milliers de victimes de Hissein Habré attendent que Abdoul Mbaye leur dise ce qu’il est advenu des milliards que l’ex-dictateur tchadien lui a confiés à son arrivée au Sénégal.
Avec les procédures le visant  comme ancien banquier et en d’autres qualités, Abdoul Mbaye  est en fait le politicien qui a le plus maille à partir avec la justice, par conséquent, il devrait arrêter de pontifier sur l’éthique.
Pour ce qui concerne ses avis sur l’économie, un minimum d’objectivité aurait dû faire reconnaître à Abdoul Mbaye qui est un financier que le taux de croissance économique de 6,5% réalisé par le gouvernement de Macky Sall, le deuxième meilleur taux en Afrique, est une performance à saluer en plus d’un déficit budgétaire qui a été considérablement réduit depuis 2012, signe d’une meilleure maîtrise des dépenses de l’État. Les efforts sont à maintenir et les acquis à renforcer. C’est cela la réalité que Abdoul Mbaye ne peut pas voir, car il ne décolère toujours pas d’avoir quitté son poste primatorial. Mais, le compteur de nos vies respectives ne peut pas s’arrêter avec la fin de nos fonctions, quand même! »
Mercredi 24 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018