KHADAFI ET LES WADE : Un lâchage à 20 millions d’euros ?


KHADAFI ET LES WADE : Un lâchage à 20 millions d’euros ?
Le 9 juin 2011, Abdoulaye Wade se rendait à Benghazi (Libye) en compagnie de
Karim Wade et de Bernard Henry Levy. Une visite théâtrale lors de laquelle l’ancien président du Sénégal exigeait le départ de Khadafi dont il fut pourtant un des courtisans les plus zélés. Nicolas Sarkozy, interrogé sous le régime de la garde à vue, voilà que le sulfureux intermédiaire Ziad Takkiedine, lui-même mis en examen dans le cadre de cette affaire, accuse Me Wade et son fils de faire partie de cette « mafia » au cœur de ces commissions occultes.
Pourtant, ce n’est pas la première fois que de telles accusations ont été formulées contre Sarkozy et les Wade. Le fils de Khadafi, Saif, affirmait dans une interview au Monde que « la France a ses valets en Afrique. Ils ne vénèrent pas Dieu, ils vénèrent l’Elysée. Certains ont leurs raisons. Abdoulaye Wade a reçu 20 millions d’euros pour son fils (Karim, son possible successeur). C’est le Qatar qui a payé, nos espions nous disent tout. Mais nous avons de nombreux amis sur le continent ».

« - Abdoulaye Wade : ... Hier, votre Premier ministre m’a appelé. Vous vouliez me dire quelque chose ?

- Mouammar Kadhafi : Oui, je voudrais demain que la prise de position africaine soit très forte pour qu’on mette un terme aux ingérences étrangères (...) et qu’on puisse arrêter les convoitises coloniales. Comme vous le savez, il y a des cellules dormantes d’al- Qaida qui se sont infiltrées en Libye petit à petit. (...) Actuelle- ment, (...), ces bandes ont envahi la région de Benghazi. Ils ont attaqué les prisons et libéré les prisonniers. (...) Elles ont armé ces gens-là. Elles ont choisi des jeunes gens et leur ont distribué des cachets hallucinogènes. (...) Elles ont capturé des avocats, des officiers comme otages et elles leur ont demandé de mettre en place un Conseil à Benghazi. (...) Il faut que l’Afrique prenne une position très forte pour qu’elle mette un coup d’arrêt aux Américains, aux Britanniques et aux Français (qui) ont des convoitises par rapport au pétrole.

- A. W. : Je vous remercie pour les explications que vous venez de me donner. Je voudrais vous dire que les membres du Conseil de paix et sécurité de l’Union afraine ne sont pas par nature hostiles à la Libye. (Mais) quand vous allumez la télévision, vous voyez des images de l’armée libyenne qui tire sur les civils. Ce sont des procédés absolument inacceptables. Cela me fait mal au cœur (... ) On ne va pas me dire que les journalistes ont inventé cela !

- M. K. : Cela ne s’est pas produit de la sorte... il s’agit de la résistance contre les bandes armées uniquement...

-A.W. : Je vais te dire mon sentiment, c’est que tu es avec des gens qui ne disent pas la vérité. Dans tous les pays, et pas seulement en Afrique, il y a des populations qui sont mécontentes. (... ) Ces revendications, il faut les écouter (...). La Libye a les moyens de les satisfaire grâce aux milliards de dollars que vous gardez comme cela à l’extérieur alors que les populations de la Libye et de l’Afrique ont des besoins.

- M. K. : Nous étions en train de répondre positivement à ces sollicitations... Il y a beaucoup d’investissements libyens en Afrique. La Libye est en train de bâtir l’Afrique.

Quelques jours avant sa mort, Khadafi avait déjà écrit à Wade pour s’indigner de sa trahison : «Il vous est arrivé de prier derrière moi. J’ai été votre imam le temps d’une prière. On ne doit pas trahir son imam. Malgré tout ce que vous avez dit, je garde toute l’estime et tout l’amour que j’ai pour vous », écrit le Guide, lâché par Wade le 9 mars lors d’un appel téléphonique spectaculaire. Verbatim...

-A.W. : Les chefs d’État à qui tu donnes de l’argent ne te diront jamais la vérité. Quel est le chemin de fer qui a été fait par les Libyens ? Quelle route ou autoroute ? (...) Vous avez fait 30 kilomètres de route au Niger. (...) Il s’agit à présent d’arrêter les tueries. Il faut qu’on arrête cela. (...) Il faudrait que tu proclames le cessez-le-feu unilatéral.

- M. K. : Si on arrête la résistance contre les bandes armées, cela ne va pas aller.

- A. W. : (...) J’ai dit qu’il faut proclamer le cessez-le-feu pour 24 heures, (...) il faut faire le premier geste.

-M.K. : Le Nigeria a bien combattu des groupuscules dans le delta. La Mauritanie a également combattu les groupes armés. La Russie a bien détruit la Tchétchénie !

-A.W. : Moi, je n’ai de compte nulle part, dans aucun pays du monde. Il faut ramener les milliards de dollars en Afrique (qui) a besoin de chemins de fer, de routes, d’écoles...

- M. K. : Monsieur le président, moi aussi je suis comme vous. Je n’ai pas d’argent à l’extérieur.

- A. W. : Mais l’État libyen a de l’argent à l’extérieur...

-M.K. : C’est vrai...»


 
Jeudi 22 Mars 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :