État faible, État failli : ces leaders peuvent-ils encore guérir ce pays malade?

"Il n'est pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va." Sénègue.


Nous avons fait fausse route car nous avons pensé que le développement se réduit à un squelette d'indicateurs macroéconomiques ( taux de croissance, PIB/habitants, etc.). 
Nous avons consacré très peu de moyens et de temps à la construction de l'être. Des hommes et femmes qui mis ensemble et dotés des meilleures capacités, peuvent déplacer des montagnes, car ayant la foi et la technique pour réaliser tout ce que l'esprit humain peut imaginer.  Notre société, dans son ensemble, n'accorde pas d'intérêt à la vie humaine. Nous n'avons pas de compassion pour l'enfant, ne protégeons pas la femme et ne préservons pas notre environnement et notre cadre à vie. Or, comme me l'enseignait inlassablement un homme sage, tout peuple qui ne protège pas ces trois éléments est condamné à la stagnation et l'effondrement moral. 
Nos enfants sont enlevés et tués, pour des sacrifices humains dit-on. Quand ces faits atteignent des proportions qui nous traumatisent, nous nous en indignons quelques jours durant et passons à autre chose. C'est à ces moments que sortent nos politiciens et nos administrations en charge de la sécurité pour faire des déclarations tapageuses sans lendemain.  Les enfants ne sont pas tués seulement pour des pratiques expiatoires ou propitiatoires commanditées par des gens qui n'ont plus rien d'humain, qu'ils soient politiciens ou autre. On sait que le trafic d'organes humains est devenu un phénomène très lucratif partout dans le monde. On peut donc présumer que des réseaux de trafiquants peuvent s'en prendre aussi à eux pour leurs organes. 
Je me suis souvent demandé combien de taalibés errant dans les rues à longueur de journée, et parfois la nuit, pouvaient disparaître sans que personne ne le sache. Qui remarquerait leur disparition? Certainement pas leurs "maîtres " puisque qu'ils préféraient se convaincre que leurs "esclaves" ont fugué plutôt que de les déclarer aux autorités et s'attirer l'attention de celles-ci. Pourtant il n'y a guère longtemps notre gouvernement avait promis de mettre un terme à cette pratique nauséabonde avant de battre en retraite sous l'offensive de quelques dizaines de " commerçants " de la foi. La responsabilité d'un État sur l'enfant est une responsabilité totale, qui doit s'exercer jusque dans les familles. L'État a le pouvoir et l'obligation de sévir contre les parents qui maltraitent leurs enfants, y compris  dans leurs propres maisons ou ceux qui refusent de s'en occuper, quelles que soient les raisons qu'ils avancent pour ne pas assumer leurs responsabilités. 
Mais ceux qui nous dirigent ont choisi de ne pas se fatiguer avec les tares sénégalaises qu'ils disent ne pas pouvoir changer. Comme tout le monde, ils préfèrent se plaindre du comportement des sénégalais plutôt que de les changer. Il leur suffirait pourtant, tout juste, de faire appliquer les lois, sans faiblesse. C'est apparemment trop leur demander.  
Notre Etat, ou ce qui en tient lieu, a failli. En vérité, si nous analysons bien ce qu'est un Etat, au vrai sens du terme, nous pouvons avancer que le nôtre a tous les attributs théoriques d'un État mais n'en est pas un.  Ce que nous avons est tout juste un instrument dont des groupes minoritaires se saisissent, les uns après les autres, a travers un semblant de compétition, pour assouvir leur soif de pouvoir et de richesse. Des enlèvements et assassinats ont lieu dans d'autres pays. Mais à la différence du nôtre, eux se donnent les moyens d'enquêter, de traquer, d'arrêter et condamner lourdement ceux qui se rendent coupables de tels crimes. 
Aucun plan de développement ne peut changer ce pays si nous ne changeons pas de cap. Le plan Sénégal émergent a déjà échoué car il a échoué dès le départ à construire les hommes et les femmes qui font le développement. 
Il faut du courage pour diriger un pays car il en faut pour appliquer des lois. Ceux qui n'ont pas ces attributs ne méritent pas de diriger des sociétés humaines. 


Cheikh Tidiane DIEYE 
Mercredi 21 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :