Direction de l'horticulture/SHEP : « Ce programme a contribué aux performances très satisfaisantes de l’horticulture au Sénégal. Des records de production ont été réalisés durant ces trois ans ». (Dr. Macoumba Diouf, Directeur OHORT)


Dans le cadre du programme quinquennal dénommé SHEP, le MAER à travers la direction de l’horticulture, en partenariat avec l’Agence Japonaise de Coopération Internationale, (JICA) a organisé le 2ème Atelier International sur l’approche SHEP ce mardi 10 décembre à la sphère ministérielle OTD de Diamniadio. 

Une occasion pour faire l’évaluation de ce projet qui boucle ses trois ans d’expérience au Sénégal. Selon le directeur de l’horticulture, le Dr Macoumba Diouf, «Expérimenté au Kenya depuis 2006, le Projet de renforcement des capacités des petits producteurs horticoles, dénommé Shep, étend ses tentacules au Sénégal. Le ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural, en partenariat avec la Jica, a procédé en mars 2017 au lancement de cette nouvelle approche destinée à appuyer les petits producteurs horticoles, notamment ceux des Niayes, pour un meilleur accès au marché. »

La commercialisation des productions horticoles est une des principales contraintes auxquelles la filière est confrontée. Face à cette problématique, le ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural, en collaboration avec l’Agence japonaise pour la coopération internationale (Jica), a lancé  le Projet de renforcement des capacités des petits producteurs horticoles dénommé Shep (Smallholder horticulture empowerment projet). Il s’agit, selon le directeur de l’Horticulture, «avec la méthode SHEP de  prôner un changement de paradigme et de permettre aux producteurs de s’affranchir du comportement de produire et vendre pour adopter celui de produire pour vendre car le marché est déjà acquis. »

Les résultats sont probants selon M. Diouf : « Ce programme a contribué aux performances très satisfaisantes de l’horticulture au Sénégal. Des records de production ont été réalisés durant ces trois ans. Nous sommes à 1million 436 mille tonnes de fruits et légumes. Notre production en pomme de terre dépasse les 15 mille Tonnes et les autres sous-secteurs ont « connu aussi de brillants résultats », déclare-t-il en présence de la directrice de l’ANCAR, madame Mariama Dramé.      

Le projet Shep est financé à hauteur de 949 millions 800 mille francs Cfa dont 864 millions de la coopération japonaise et 85 millions 800 mille francs comme contrepartie du Sénégal. Il intervient sur une durée de cinq ans (2017-2022) dans les Niayes et cible les petits producteurs horticoles. 
Mardi 10 Décembre 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :