Affaire d'esctasy à la Chambre Criminelle Mbour / Le juge a une inculpée : "L'excitation n'a rien à voir avec la drogue".


La 2e affaire traitée au Tribunal de grande instance de Mbour a tenu l'assistance en haleine. M Niang, B Diouf et M S Fall ont été tous attraits à la barre de la chambre Criminelle de Mbour pour association de malfaiteurs et vente de drogue. 
Ils ont été infiltrés par une gendarme répondant au nom de M. Cette dernière pour réussir sa mission, a entretenu une relation amoureuse avec le nommé B Diouf.
 
Devant la barre, les inculpés ont nié les faits de vente d'ecstasy tout en avouant être par contre de simples consommateurs. M S Fall, une des inculpés, pour convaincre le juge de son innocence en ce qui concerne la vente de drogue dira ceci : "Je ne savais pas que c'était de la drogue. Je pensais que c'était pour le sexe, pour l'excitation."
B Diouf quant à lui, de faire comprendre au juge que c'était juste pour sa consommation. Parlant de M la gendarme, il confirme que cette dernière était sa copine pour laquelle il nourrissait des sentiments profonds. Pour M Niang, le mari de M S Fall, l'ecstasy était juste pour une affaire de consommation et pas plus. Le juge de répondre à M S Fall, " l'excitation n'a rien à voir avec la drogue".
 
Le ministère public n'a pas fait de cadeau aux inculpés. Ce dernier de dire que les inculpés avaient tous reconnu les faits et ont tout simplement fait dans la mauvaise foi face au juge. Et cela ne les dédouane pas parce que les éléments sont assez compromettants, notamment l'infiltration de la gendarmerie nationale qui est une incitation à la preuve. Ainsi, le ministère public a requis 20 ans de réclusion criminelle contre les mis en cause.
 
La défense composée de maître S, T et S tentera de démonter le réquisitoire du procureur. Selon maître Sène, les principes d'égalité et de loyauté ont été bafoués car on a poussé la dame à céder de la drogue alors que c'est interdit par la loi. Et en plus, l'ecstasy reste aussi une pilule d'amour. Maître Tall avocat de B Diouf abondera dans le même sens en soulignant que beaucoup de sénégalais tombent à cause de ce genre d'affaires de comprimés. De surcroît, Maïmouna a deux enfants qui l'attendent à la maison. Vingt ans de prison c'est trop pour cette affaire. Quant à maître Sakho, c'est dans des circonstances d'instabilité du couple Niang que Mya ( la gendarme ) est entrée dans leur vie. " Tous les procès verbaux n'ont pas été signés par mes clients. Ce sont des adolescents et dans la vie nous avons tous commis des erreurs. La vie nous a tous tendu la perche ", dira maître Sakho.
 
La chambre a requalifié les faits en passant au niveau correctionnel et a condamné Mouhamed Niang et Birama Diouf  à 03 ans de prison  ferme et la dame Maïmouna Sow Fall à 2 ans de prison ferme et une amende de deux cent mille francs pour les trois..
 
 
 
Lundi 21 Novembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :