Accusé de viol sur une fille de 12 ans : Kelvin Oluche qui vivait en concubinage avec sa copine, clame son innocence et avoue avoir eu un rapport sexuel consenti.

Condamné à 10 ans d'emprisonnement ferme pour viol et pédophilie en première instance, Kelvin Oluche, âgé de 43 ans et de nationalité Nigériane, a fait face au juge de la Cour d'Appel de Dakar ce lundi 06 septembre 2021.


Les faits remontent à la date du 26 mai 2017, où la jeune fille n'avait que 12 ans. Un jour, avant de se rendre à l’école, sa grande sœur lui a demandé d’aller chercher le chargeur dans la chambre de Kelvin. Une fois arrivée à la porte la chambre, elle a refusé d'entrer. Sur ces entrefaites, ce dernier a tiré sa main afin de la forcer à entrer dans la chambre. Et avant de commettre l'irréparable, il a pris l’oreiller qu’il a mis sur son visage pour éviter que les gens n'entendent les cris de la petite. D'après les résultats du certificat médical, la jeune fille a perdu son hymen lors de la pénétration. 

Placé sous mandat de dépôt depuis le 17 juillet 2017, Kelvin continue de nier les faits qui lui sont reprochés. "Je ne l'ai pas violé parce que les membres de la famille étaient assis dans le couloir. Si c'était ainsi, elle allait entendre des cris", se dédouane-t-il. Toutefois, le mis en cause reconnaît avoir entretenu des rapports sexuels avec la jeune fille avec son consentement croyant qu’elle était majeure. 

Quant à la victime, Fatima Diatta, née le 24 avril 2005, elle déclare que le prévenu l'a forcé à coucher avec lui. "Il a pris l’oreiller qu’il a mis sur mon visage avant de me déshabiller. J'ai saigné quand il m’a pénétré. Lorsque je suis sortie de la chambre, je n'ai rien dit à ma sœur", dit-elle. 

Et ce n'est que le lendemain que l'affaire a été découverte par le biais de son maître d’école soupçonnant son comportement. Après son interrogatoire, la victime a fini par raconter sa mésaventure avec le prévenu. Par la suite, le maître d'école a contacté son père. 

A la barre, le père de la victime, Yaya Diatta, militaire de son état, a soutenu avoir amené sa fille à l’hôpital Nabil Choucair pour des soins médicaux. Après avoir reçu les résultats, il est retourné à la police. Allégations balayées d'un revers de main par le mis en cause. "Je n’ai pas mis d’oreiller sur son visage. Je vis en concubinage avec ma fiancée", dit-il.

Me Clédor Ly, avocat de la défense, a soulevé dans un premier temps la nullité du procès-verbal. Selon lui, le prévenu a effectué sa première audition sans l'assistance d'un avocat. Revenant aux faits, Me Ly estime que la prévenue a menti parce qu'à la police, elle avait déclaré que Kelvin l'avait menacé avec un couteau, et l’aurait poussée sur le lit. Et il a commencé à la caresser avant de la pénétrer. Sur ce, la robe noire demande la relaxe de son client au bénéfice du doute.  Le procureur a demandé au juge de confirmer la décision du premier juge qui est 10 ans d'emprisonnement ferme avec un million de francs Cfa pour dommages et intérêts. 

L'affaire a été finalement mise en délibéré jusqu'au 8 novembre prochain. 
Lundi 6 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :