Accident de nos confrères de Leral..net : Le jour, le plus glaçant (Cheikh Bamba DIAGNE, journaliste à Dakaractu)


Les cœurs sont emplis de peine au Centre hospitalier régional de Tamba. Le silence. Des images glaçantes des corps inertes de nos confrères de Leral déposés sur le corbillard qui s’apprête à ramener les « 3 soldats tombés au front de l’information » vers Dakar. Le temps est resté figé. Pas un mot. Des pleurs, des yeux embués, des gorges nouées. 

Au même moment à l'aérodrome de Tambacounda, sur les images fixées sur la pellicule par Dakaractu, un avion militaire qui décolle, avec à son bord deux médecins, un commandant et les deux blessés de l’accident Thierno Alassane Kane et Aminata Sow. 

Partout la tristesse se lit sur les visages, l’émoi est aussi sur ces regards hagards qui fixent le temps. L’on psalmodie en silence quelques versets, l’on essaie de faire bonne figure, mais c’est difficile. C’est impossible.
Tant l’ampleur du drame ne laisse personne indifférent.
 
Tout semblait normal pourtant. Et puis, le terrible destin a tout accéléré. Nous venons d’arriver à Kédougou. Pendant un moment, l'équipe de Leral.net, à bord d’une voiture Hyundai Tucson, qui roulait loin derrière la Mitsubishi L200 de Dakaractu, semble s'être volatilisée. On ne l’aperçoit plus. Mais l’on se dit rien de bien grave.
 
Aucune nouvelle ne filtre. Puis, l’horreur s’invite à nous par le biais d’un simple texto. Thierno Alassane Kane, un des rescapés de l'accident mortel envoie un message : «Nous avons eu un accident. Yoro (cameraman), Ousmane (chauffeur) et  Abou (journaliste) sont malheureusement décédés.» Un autre suivra. Il s'agit d’Aminata Sow, qui accompagnait l'équipe de reporters. Elle s'avoue fatiguée et malade. Elle doit la vie à un garde forestier qui remue ciel et terre pour éviter qu'elle ne tombe dans le coma. 
 
«Si on ne le fait pas, qui le fera ? La caserne des sapeurs-pompiers est loin d'ici », dit le garde au bout du fil, avant de faire venir l'ambulance du Parc Niokolo Koba, pour un transport rapide des deux survivants à l'hôpital régional de Tamba, où le ministre de l'Intérieur s'est rendu en compagnie du Gouverneur pour s’enquérir de la situation des confrères blessés.
 
Sur place, le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome endosse son costume d’humain pour faire part de son «immense tristesse» et promet que le Gouvernement fera tout le nécessaire pour les victimes.
 
Au même moment, des images diffusées sur les réseaux sociaux, montrent les victimes joyeuses avec des collègues leur disant sur des posts Facebook : «Vous étiez là à nos côtés en nous disant : ‘’tenez bon nous reviendrons dans quatre jours’’ ». Le retour à la vie en Rédaction était attendu. L’impression de ne pas s'intéresser à la mort. 
 
À l'étape Kaffrine-Tambacounda, tous les membres de l'équipe de Leral.net, sont dans une forme olympique, ils échangent des vannes et quelques chahuts avec des confrères. «Nous irons à l'inauguration de la route Kaffrine - Nganda, puis Tamba, et après nous irons voir un peu ce qui se passe à Kédougou, où le président va inaugurer le Centre hospitalier régional Amath Dansokho. Bref, nous ferons toute les étapes », avaient prévu nos confrères.
 
La chaleur qui monte et les difficultés qui s'accumulent le long de la tournée économique du président Macky Sall ne les font pas fuir du cortège de ce dernier qu'ils devancent à chaque étape, pour ne pas arriver en retard. Un réflexe professionnel.
 
Ils ne pouvaient imaginer que la mort leur tendrait les bras sur la RN7, à hauteur du parc Niokolo Koba.
 
L'évacuation des blessés sur Dakar et le transport des corps des victimes sont venus parachever une «opération» coordonnée de main de maître par Oumar Mamadou Baldé, le gouverneur de Tambacounda, sous l’implication généreuse du chef de l’État Macky Sall.
 
Le chef de l’exécutif régional a très tôt indiqué qu'il avait entendu toutes les instructions du Chef de l'État, qui s'est déplacé sur les lieux du drame. D'où les raisons de ses va-et-vient entre les services d'urgence du Centre hospitalier régional de Tambacounda et la morgue de l'hôpital de la ville. 

« Pour ces jeunes de Leeal.net arrachés à notre affection, nous allons prier, implorer les bénédictions et la miséricorde d'Allah, parce que nous sommes tous musulmans. C'est des fils ou neveux que nous avons devant vous », s’est  arrêté un moment le gouverneur à l’hôpital. Une petite allocution mettra fin à cette séance de prière aux allures à la fois protocolaire et religieuse. 
 
Abou Mamadou Sy (Journaliste), Yoro Mamadou Diallo (Cameraman) et Ousmane Ndiaye (chauffeur) ont péri certes dans ce terrible accident. Ils ne seront pas dans des tombes, mais à jamais, ils seront dans nos cœurs.
Mardi 1 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :