Violation des instruments juridiques par les entreprises : « La dimension des droits humains n’est toujours pas pris en compte » (Me Pape Sène)

Le Sénégal est plus que jamais déterminé à s’engager pour respecter les droits humains. En effet, après sa journée stratégique de validation, ce jeudi 24 mars 2022, il met en place un comité de veille et d’étude stratégique sur la migration et l’aspect des ressources naturelles.


D'autres recommandations ont aussi retenu l’attention du comité sénégalais des droits de l’Homme, à savoir : la lutte contre la traite des personnes et le trafic de migrants, l’effectivité des droits économiques, sociaux et culturels, la promotion de la paix et des droits de l’homme, et de protection des droits de l’homme, la coopération avec les organes des traités et les procédures spéciales, ainsi que la mise en œuvre d’un mécanisme national de suivi. Et, à la lumière de ce plan stratégique de validation, il s’avérait nécessaire que le comité actualise son plan de validation.
C’est dans ce cadre que le président du (CSDH), Me Pape Sène, à travers son bureau et ses partenaires, a organisé un atelier de validation du plan stratégique de validation du (CSDH) pour la mise en œuvre des recommandations de l’Examen périodique sur les aspects de la migration et des nouvelles ressources naturelles découvertes au Sénégal.
À l'occasion de la validation du plan stratégique du comité sénégalais des droits de l’homme (CSDH), le président du CSDH a reconnu que certains violent les droits des hommes au sein de leur entreprise. « La dimension droits humains n’a pas toujours été pris en compte », a déclaré, le président du comité, Me Pape Sène.
Jeudi 24 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :