(Reportage) Ziguinchor : Le business du bois n'aime pas le bruit

Au lendemain du drame de Boffa Bayotte, l'activité ayant trait à la coupe de bois semble au ralenti à Ziguinchor. C'est du moins le constat fait par Dakaractu. Les deux parcs du quartier Kénia où se retrouvaient les coupeurs de bois pour écouler leurs prises ont été désertés. Renseignement pris : ils n'y ont pas mis les pieds depuis samedi dernier, jour du massacre des 13 coupeurs de bois dans la forêt de Nyassia par des hommes armés non encore identifiés. Se sont ils terrés le temps que les choses se tassent ? Tout porte à le croire.
Pour leur part, les tenanciers de petites boiseries se sont bel et bien présentés à leur lieux de travail. Seulement, ne leur demandez surtout pas de parler du business du bois. Ils se sont passés le mot. C'est motus et bouche cousue. A la place de Gao, nous avons été bien accueillis par le chef des lieux, mais quand il s'est agi de lui tirer les vers du nez sur ses livreurs de bois, il a catégoriquement refusé de dire quoi que ce soit. A quelques jets de pierre, c'est presque la même attitude qu'adopte le maitre de céans. Il convoque son ignorance de la coupe clandestine de bois pour se débarrasser des hôtes encombrants que nous sommes. C'est à croire que le business du bois n'aime pas le bruit...


Mercredi 10 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :