Mbour : Arrestation en Gambie d’un trafiquant de migrants recherché au Sénégal à l’origine de nombreuses pertes en vies humaines.


Les forces de défense et de sécurité du Sénégal et de la sous-région sont déterminées à sévir contre les acteurs de la traite des personnes et des promoteurs de l’émigration irrégulière. Elles ont initié un atelier pour arrondir les angles dans le cadre du Partenariat opérationnel conjoint (Poc). C’est d’ailleurs au cours de cette rencontre qui se veut une plateforme d’échanges entre tous les pays confrontés à l’émigration irrégulière, au niveau de la sous-région, que l’annonce de l’arrestation d’un trafiquant de migrants recherché au Sénégal qui s’était réfugié en Gambie depuis le mois d’octobre 2020, s'est faite. L'annonce est du Directeur général adjoint de la Police nationale, Modou Diagne. 
Le concerné, un trafiquant notoire, a été localisé et appréhendé pour avoir  organisé plusieurs départs au Sénégal dont l’un avait d’ailleurs occasionné de nombreux décès.
 
‘’Actuellement, il y a plus d’une centaine de personnes qui sont détenues et poursuivies par la justice. Je pense que la justice a toujours joué son rôle quand il s’est agi d’incarcérer ces trafiquants et de les condamner. Force est de constater que les États, ici représentés sont à la fois des pays de départ, de transit et de destination de migrants irréguliers. Et les réseaux criminels contre lesquels nous organisons des stratégies de lutte opèrent également dans ces différents pays. Ainsi la coopération régionale, celle opérationnelle notamment,  est nécessaire pour venir à bout des réseaux de passeurs. C’est seulement ensemble que nous pourrons arriver à endiguer l’action des réseaux et groupes criminels’’, a-t-il indiqué.
 
À l’en croire toujours, ‘’beaucoup de têtes de réseaux de trafiquants de migrants ou de traite, après avoir commis leur forfait au Sénégal se réfugient dans les pays voisins, espérant être à l’abri de toute poursuite judiciaire en échappant à l’action des forces de défense et de sécurité. C’est donc par le biais de la coopération qu’on peut obtenir des résultats satisfaisants dans la lutte contre le trafic de migrants et les pratiques assimilées. On se réjouit que les pays comme la Côte d’Ivoire, le Niger le Mali et la Guinée soient présents à cette rencontre qui sera l’occasion pour toutes les délégations d’échanger leurs expériences dans le domaine de la lutte contre l’émigration clandestine et la traite des personnes’’.
 
Ce fut aussi l’occasion pour M. Diagne d’annoncer la construction prochaine du siège de la Direction de la police de l’air et des frontières, mais aussi de 4 antennes de la Division nationale de lutte contre le trafic des migrants. Elles seront construites, notamment, à Saly, Ziguinchor, Saint-Louis et à Kédougou’’, a dit le Dga qui espère voir la construction de deux autres antennes en 2022.
 
Relativement à la rencontre qu’il a présidée aujourd’hui à Saly, le Dga a relevé que c’est pour voir comment, ensemble, au niveau de la sous-région, harmoniser leur lutte contre l’émigration clandestine. Rappel est fait de la volonté de l’État du Sénégal de lutter contre ces formes de criminalité  et qui s’est traduite récemment par la création du Comité interministériel de lutte contre l’émigration clandestine (Cilec), chargé de la coordination des actions des différents acteurs de la lutte contre l’émigration clandestine sous toutes ses formes. ‘’Chaque pays a une expérience particulière de la manifestation, de la conduite de la lutte contre ce phénomène. Il est donc attendu de cet atelier, un échange d’expériences, un partage de connaissances des propositions concrètes allant dans le sens d’une meilleure harmonisation des actions de lutte et surtout des recommandations utiles à mettre en œuvre après avoir fait un diagnostic sans complaisance du phénomène’’. 
Mardi 27 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :