Maroc – Sénégal : Que retenir de la défaite d’Aliou Cissé et ses « Lions » ?

C’est une équipe du Sénégal méconnaissable qui s’est inclinée 3-1, ce vendredi sur la pelouse du stade Prince Abdallah Moulaye de Rabat, contre le Maroc. Le caractère amical de la partie ne rend pas la défaite moins amère pour Aliou Cissé et son groupe peu habitué aux revers (5 défaites sur les 20 derniers matches du Sénégal.) Mais, au-delà même du score peu flatteur, la manière de perdre a été encore plus étonnante. D’où la question de savoir qu’est-ce que le sélectionneur national tirera comme enseignements de ce faux pas révélateur ?


Une défense complétement à la rue en l’absence de Mendy et Kalidou Koulibaly

Les absences cumulées de Kalidou Koulibaly et Edouard Mendy ont indéniablement pesé lourd lors de la défaite contre le Maroc qui s’est promené face aux « Lions. » Avec une fébrilité déconcertante, la paire défensive inédite Salif Sané – Ousseynou Ba a été completement dépassé par les offensives adverses. L’entrée de Pape Abou Cissé au retour des vestiaires n’y fera rien. La présence d’un leader était nécessaire pour rameuter les troupes, organiser l’alignement défensif et remporter les duels individuels. 
Le côté gauche occupé par Saliou Ciss devrait sérieusement être remanié. Assiégé tout au long de la partie, il n’a jamais réussi à contenir les assauts répétés de Hakimi qui est passé par ce même couloir pour délivrer la balle du premier but. L’option Racine Coly, ne semble pas plus convaincante à ce poste qui cherche encore son titulaire.
Néanmoins, Ousseynou Ba a montré de bonnes choses. Faisant preuve d’agressivité et de détermination, le natif de Balakos (Saint-Louis) a sorti quelques interventions salutaires. Pareillement pour Bingourou Kamara qui n’a pas été ridicule dans la cage, sauvant même les siens du 4-1 en fin de match. Une future association Koulibaly – Ousseynou Ba serait intéressante pour stabiliser la défense.

L’entrejeu complétement déstabilisé. Quelle formule pour faire briller Krépin et Cie ?

Si sur le papier la configuration de base était un 4-3-3 en losange avec Cheikhou Kouyaté en pointe basse devant la défense aux côtés de Gana Guèye (Milieu gauche) et Krépin Diatta (Milieu Droit.) Les choses se sont un peu plus compliquées au fil de la rencontre notamment pour ce qui est de l’animation offensive. Avec une faible lisibilité sur la proposition tactique d’Aliou Cissé.

Un Krépin Diatta évoluant plus bas que d’habitude se retrouvait trop souvent dans la zone Gana Guèye et ou Kouyaté. Un peu perdu, il n’a pas eu l’impact souhaité dans la distribution et l’organisation du jeu. Idem Pour Gana Guèye un ton en dessous de ses standards habituels. Les entrées successives de Sidy Sarr, Lopy et Pape Cheikh Guèye n’auront pas permis d’avoir un jeu plus fluide et un impact dans la récupération du ballon. Il est évident que le sélectionneur détient là les éléments clés pour construire un trio performant. Mais dans quelle formule ? Avec quels profils de joueurs ?

Sans Sadio Mané, les carences offensives du Sénégal ont été plus prononcées

Sur les 20 derniers matches du Sénégal (amicaux et officiels), les « Lions » n’ont réussi qu’à trois reprises à marquer plus de trois buts par matches. Le dernier festival offensif étant realisé contre la très modeste sélection de l’Eswatini battue 4-1 le 17 novembre 2019 en éliminatoires de la CAN 2019. Un constat implacable qui lève un coin du voile sur les difficultés offensives des vice-champions d’Afrique. En convoquant Mame Baba Thiam, Famara Diédhiou, Habib Diallo et Boulaye Dia, Aliou Cissé a misé sur divers profils de buteurs. Sauf que l’animation offensive qui devrait mettre l’étincelle aux défenses adverses tarde à venir. Sans Sadio Mané, les carences offensives du Sénégal ont été plus prononcées ce soir contre le Maroc. D’où l’urgence de miser sur un jeu d’équipe plus fluide et porté vers l’avant. 

Si Cissé n’est pas un adepte de la possession du ballon, il n’est pas sans savoir que les sélections qui développent un jeu basé sur les contre-attaques et ou les attaques placées comme le Maroc, travaillent tout de même sur la base d’une certaine animation offensive élaborée en conséquence. Laquelle animation fait défaut aux « Lions » depuis plusieurs années. En bon pragmatique, Aliou Cissé tirera certainement de riches enseignements de cette défaite avant de croiser les « Mourabitounes », mardi prochain au stade Lat Dior.
 
Vendredi 9 Octobre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :