Maladie mystérieuse : ce que révèlent les analyses des laboratoires Ceres-Locustox


Image d'illustration
Image d'illustration
Dans le cadre de l'investigation sur les causes de la maladie mystérieuse apparue sur des pêcheurs opérant dans les côtes sénégalaises, la Direction de l'Environnement et des Etablissements Classés (DEEC) a commis le Centre Régional de Recherches en Ecotoxicologie et Sécurité Environnementale (Ceres-Locustox) comme laboratoire devant assurer les analyses par screening en Chromatographie en Phase Gazeuse couplée à la Spectrométrie de Masse (GC-MS) des échantillons d'eau de mer prélevés au niveau des points géoréférencés. C’est ainsi qu’une équipe mixte, composée de deux agents de Ceres-Locustox, un (01) agent de la DEEC, un Gendarme de l'environnement et un représentant de l'Association des pêcheurs, a effectué les prélèvements au niveau de quatre sites de Dakar à Popenguine. Trois échantillons d'eau de mer, un échantillon d'équipement d'un pêcheur (gants) et quatre échantillons de poissons y ont été prélevés.
Les analyses demandées par la DEEC sont un large screening des échantillons pour la recherche de pesticides, de HAP, de résidus médicamenteux ainsi que le screening par GC-MS des échantillons en utilisant la bibliothèque NIST.  Sous la supervision de la Gendarmerie de l'Environnement, les échantillons ont été prélevés, conditionnés dans des contenants adéquats et acheminés au Laboratoire de Chimie Environnementale de CERES-Locustox.
Selon le laboratoire, au regard de la présence quasi permanente dans les quatre échantillons d'eau, d'acide phtalique, de souffre, de l'acide benzene dicarboxylque et de l'acide hexadecanoique, il faudra soumettre ces résultats d'analyse aux toxicologues et orienter les recherches sur les filets utilisés par les pêcheurs.
 
 
Dimanche 22 Novembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :