La solennité de l’annonciation, le sous-estimé, le méconnu : L’Église recommande aux chrétiens de ne pas jeûner la solennité de l’Annonciation pendant le temps de carême.


Celui qui rend visite à Marie n’est pas un homme. C’est l’ange Gabriel ! Il l’appelle « femme extrêmement favorisée. »  « Profondément troublée, Marie s’interroge sur le sens de cette salutation inhabituelle », « Extrêmement favorisée » par qui, d’abord ? Elle ne s’attend pas à l’être par son entourage. Mais c’est de la faveur de Jéhovah que l’ange veut parler. Cette faveur-là compte pour Marie.

Les chrétiens sont donc invités à vivre et à revivre la joie de la solennité de l’annonciation qui est comme le dimanche qui n’a rien à voir avec la sobriété du temps de carême et de l’Avent. La solennité de l’annonciation est un jour de commémoration du pasteur de l’église, donc on ne peut pas jeûner ce jour, faire pénitence, être triste car c’est le jour d’action de grâce comme le jour de la solennité de Saint Joseph.

Chaque solennité, nous célébrons la joie d’une grande personne de l’église. De même, pendant les dimanches, si on célèbre un évènement joyeux, on ne peut pas jeûner. Le 25 Mars est la solennité de l’annonciation.

« Les Évangiles sont si discrètes à son sujet ! La jeune fille vierge appelle Marie  épouse de Joseph, mère du sauveur Jésus-Christ : l'essentiel est dit. Réjouis-toi, toi qui est aimée de Dieu. Et Marie accepte, consent à cette joie brûlante : me voici. Sa conscience n'a pas d'autre contenu : je suis aimée... et ne suis rien hors de ton regard d'amour. La conscience de l'Église ne cesse pas de recevoir l'Annonce : Je t'aime, lui dit son Seigneur. Réjouis-toi », déclare le curé de Grand-Yoff, Abbé Alphonse Biram Ndour. Et nous, frères et sœurs, par Jésus Christ, nous avons accès par la foi, à cette grâce dans laquelle nous sommes établis...
Jeudi 24 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :