LDC CAF / Report du match Zamalek – Génération Foot : Les révélations Talla Fall sur ce qui s’est réellement passé en Egypte

Contacté par le desk sport de Dakaractu, le chargé de communication de Génération Foot, Talla Fall, présentement en Égypte, est revenu en détails, sur les tenants et les aboutissants de cette rocambolesque affaire de match de ligue des champions reporté au Caire. Un match retour qui devait opposé le club Sénégalais de Génération aux Égyptiens du Zamalek ce samedi 28 septembre. Seulement les dirigeants Egyptiens ont décidé de changer les règles du jeu au dernier moment, en choisissant contre toute attente, une nouvelle date et un nouveau lieu pour abriter cette seconde manche. Entre les coups de pression d’agents de la CAF, le mépris des fédéraux Egyptiens à l’endroit de la délégation Sénégalaise, et un refus d’accès au stade aux joueurs de Génération Foot, Talla Fall s’explique et dénonce cette situation honteuse pour le football Africain.


LDC CAF / Report du match Zamalek – Génération Foot : Les révélations Talla Fall sur ce qui s’est réellement passé en Egypte

Trois jours avant le match, les Egyptiens, en mode « forcing », faussent les règles du jeu…

 

« Nous, on a fait tout ce qu’on devait faire. On a reçu une convocation officielle de la CAF qui nous a demandé de venir jouer le 28 septembre 2019 au Caire. On s’est présenté ici depuis mardi si je ne m’abuse, et donc à notre grande surprise mercredi, je recois un courrier du Zamalek pour nous demander de délocaliser le match. Donc nous, ce qu’on a jugé utile de faire dans un premier temps, c’était de répondre par politesse, en leur disant que le match ne pouvait pas être délocalisé, et que nous allons en tenir au match qui était prévu le 28 septembre, au Caire. »

 

Quand des agents de la CAF s’en mêlent, foulant le règlement aux pieds…

 

« Le vendredi, on recoit un courrier signé par Monsieur Anthony Bafoué (Secrétaire général adjoint sport et développement de la CAF) qui nous dit que le match est délocalisé à Alexandrie qui est à 218 km du Caire. Donc, nous, à partir de ce moment qu’est ce qu’on a fait ? On a répondu par le canal de la Fédération sénégalaise de Football (FSF) qui a été informée à temps. La FSF a pris toutes les dispositions nécessaires pour nous accompagner. Donc ce courrier (Envoyé par la FSF à la CAF) a été bien reçu par les instances de la CAF, en l’occurrence Mr Anthony Bafoué qui a eu l’audace et le toupet de vouloir continuer ce débat-là ». 

 

Des motifs de report du match fallacieux voire inexistants, un refus d’accès au stade…

 

« Le Samedi, on reçoit un autre courrier qui nous dit que le match est toujours prévu à Alexandrie. On a encore répondu comme il se devait. Par contre, le vendredi on s’est présenté au Stade (Caire) où devait se dérouler le match, parce qu’on a droit à un entrainement d’une heure, comme le prévoit le règlement. Mais, on a eu un refus catégorique de la part des responsables du stade. Ce qu’on peut bien comprendre parce qu’ils n’ont reçu aucun papier nous permettant de pouvoir nous entrainer sur place.

 

La délégation Sénégalaise méprisée par les dirigeants Egyptiens…

 

« Par contre ce qu’on regrette c’est qu’il n’y a jamais eu un membre de la fédération Egyptienne qui s’est présenté chez nous, ni à l’accueil, ni venir nous rendre visite au niveau de l’hôtel où on était logé. Même le commissaire du match ne s’est pas présenté à nous, alors qu’il avait l’obligation de nous rencontrer par rapport à la réunion technique. Il ne l’a pas fait et jusqu’à preuve du contraire, on n’a jamais rencontré ce commissaire du match. Même si le match était prévu à Alexandrie, lui, il devait au moins prendre nos attaches par rapport à la réunion technique qui doit se tenir la veille ou le jour du match. »

 

De vaines et tardives tentatives de négociations, face à la détermination de Génération Foot…

 

« Comme convenu, on est retourné au stade, le samedi à l’heure du match. La lettre d’Anthony Bafoué pour nous, elle ne sert pas de convocation officielle, parce que ce n’est pas lui qui a l’autorité de pouvoir changer les dates et les programmations des matches de la coupe d’Afrique. Donc se sentant peut-être dans la mélasse, il a fait appel à son supérieur hiérarchique qui est le vice-président chargé des cellules de compétitions. Et, ce monsieur nous appelé pour essayer de négocier au moins cette affaire-là, parce que sentant que ça sentait le roussi. Ils sont même venus nous rejoindre au stade, avec un dirigeant du Zamalek, un responsable de la fédération Egyptienne, ce qu’ils n’avaient jamais fait jusqu’à présent. Ils ont vu qu’on était dans nos droits, on avait une convocation officielle de la CAF, ce n’était pas une lettre d’information qui devait nous faire changer quoi que ce soit par rapport à la délocalisation de ce match. »

 

La FSF s’en mêle, l’affaire risque d’atterrir à la TAS, GF rentre à Dakar…

 

« On ne déprogramme pas un match de cette façon-là. Il Faut une entente des deux parties d’abord, et pour ça, il faudrait un délai. Et, au-delà s’il n’y pas eu entente entre les deux parties, c’est à la CAF de trancher. Jusqu’à présent, tout cela n’a pas été fait, donc nous restons dans nos droits. On a fait constater cela par un huissier qui nous a été mis en rapport par les autorités de l’ambassade du Sénégal au Caire. Nous avons un PV de constat qu’on va consigner dans un dossier et transmettre tout cela à la CAF. Les autorités Sénégalaises nous soutiennent, notamment le président de la fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor. Il est informé de tout cela depuis le début, pour tout dire, il nous soutien, il nous accompagne. On respecte notre plan de vol, on va rentrer. »

Dimanche 29 Septembre 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :