LA MÉMOIRE DE AMETH AMAR PROFANÉE : Ses deux veuves se crêpent le chignon à la barre, le nouveau Dg de Nma Sanders fortement contesté.

Quand on se sacrifie toute sa vie durant pour mettre sur pied un empire, participer au développement de son pays et mettre sa famille à l’abri du besoin, on doit pouvoir mourir tranquillement. Cette chance, Ameth Amar ne l’a pas et ne l’aura jamais certainement. Seulement trois (3) mois après son décès, sa mémoire est en train d’être «profanée». Sa famille se déchire à la barre, son entreprise, qu’il a bâtie brique par brique, est devenue comme une proie. Alors qu’elle est en pleine viduité, au lieu de passer son temps à prier pour le repose de l’âme de son défunt époux, sa veuve Amina Lom a saisi la justice pour «éjecter» «l’autre veuve» Thiané Bâ de l’héritage, parce que, selon elle, cette dernière et le défunt ont divorcé depuis longtemps alors qu’elle est la femme de Ahmet Amar depuis… 40 ans. Au niveau de l’entreprise, les plus méritants sont laissés en rade au profit de nouveaux venus. Mais le cas le plus cocasse, celui qui révolte les subalternes et les cadres, concerne Déthié Fall. Directeur industriel de Nma Sanders, 17 ans au service exclusif de la boîte, considéré comme le successeur de Ahmet Amar à la tête de la boîte, il a été injustement écarté à cause de ses activités politiques aux côtés de Idrissa Seck…


LA MÉMOIRE DE AMETH AMAR PROFANÉE : Ses deux veuves se crêpent le chignon à la barre, le nouveau Dg de Nma Sanders fortement contesté.
Dans son sommeil éternel, Ameth Amar ne doit pas dormir à poings fermés. L’homme d’affaires sénégalais décédé le 22 juillet dernier à Paris doit être en train de se retourner dans sa tombe, au regard de la manière dont ses deux plus grands legs, sa famille et son entreprise, sont en train d’être détruits. Grand capitaine d’industrie, Ameth Amar, qui a quitté ce bas monde le 22 juillet dernier à Paris, avait tellement travaillé qu’il pouvait espérer partir en paix, sans avoir à se soucier de son héritage. Malheureusement, sa mémoire est en train d’être profanée. Puisqu’au niveau de ses deux plus grands héritages, sa famille et son entreprise Nma Sanders, l’ordre qu’il avait établi de son vivant est injustement en train d’être bafoué. Dans l’intimité familiale, beaucoup sont meurtris et choqués par ce qui se passe dans la famille et au sein de l’entreprise juste trois (3) mois après le rappel à Dieu de ce «papa poule», de cet homme d’affaires généreux. Sous le sceau de l’anonymat, ils alertent et dénoncent afin que les bonnes volontés jouent les bons offices avant que l’irréparable ne se produise.

Sa veuve Amina Lom traîne Thiané Bâ «la femme de 40 ans de Ahmet Amar» à la barre

Au sein de la famille, c’est la déchirure totale. Les camps s’opposent, les rivalités ont commencé à poindre depuis l’annonce du décès. Et maintenant, les prolongations se jouent au tribunal de Dakar. Selon des membres de la famille qui assistent impuissants à ce spectacle qui n’honore pas la mémoire du défunt, Amina Lom, veuve de Ameth Amar, a porté plainte contre Thiané Bâ à qui elle dénie le titre de «veuve». Selon Amina Lom, Ameth Amar et Thiané Bâ ont divorcé depuis longtemps et qu’en conséquence, cette dernière ne peut pas porter le deuil, et éventuellement avoir sa part d’héritage. Un membre de la famille sous le sceau de l’anonymat : «on est meurtri. On ne peut même pas dire combien on est choqué. Ameth Amar vient juste de faire 3 mois sous terre et des gens, comme des charognards sont en train de le ‘’dépecer’’». Notre source de poursuivre : «Amina Lom a traîné en justice Thiané Bâ parce qu’elle dit être la seule femme de Ameth Amar». Un autre interlocuteur, membre de la famille, révèle d’ailleurs que l’affaire a été appelée à la barre il y a quelques jours et qu’un supposé ami de Ameth Amar nommé Charles Turpin, a fait un témoignage pour dire que ce dernier avait divorcé avec Thiané Bâ. «Les deux femmes sont en pleine période de veuvage. Amina Lom aurait pu attendre la fin de la période de viduité pour intenter toute action qu’elle veut. Mais saisir la justice moins de trois mois après la disparition de son défunt mari, ce n’est pas trop décent. Cela veut dire qu’il y a des visées autres que celles de sauvegarder la mémoire de Ahmet Amar et de préserver son image». Notre interlocuteur de lâcher : «Ahmet Amar était un homme discret, effacé et plein de ‘’suturë’’. Il n’aurait jamais aimé que sa vie soit étalée ainsi en public à la barre». Un autre membre de la famille ne passe pas par quatre chemins pour expliquer les raison de cette division : «c’est juste une affaire d’héritage. Mais Thiané Bâ était là bien avant. Elle est la femme de Ameth Amar depuis 40 ans. Elle est la mère de ses grands enfants. Il faut, en toutes choses, mettre Dieu en avant».      

Nma Sanders : une partie de la famille choisit un homme malléable à la Direction générale

Les membres de la famille avec qui nous avons discuté longuement ne sont pas juste choqués par le drame familial qui se joue devant eux, la pérennité de la boîte qu’il a bâtie pendant toute sa vie les intéresse tout autant. Et les dernières nominations publiées leur ont fait mal au plus haut point. Ils se demandent si, avec les nominations de Papa Madiop Amar comme Pca et Thiendiaté Bouyo Ndao comme Directeur général, Nma Sanders ne va pas couler purement et simplement. Selon des membres de la famille, il s’agit plus de nominations de complaisance qu’autre chose. «Aucun des deux choix ne s’est opéré sur la base de la compétence ou de la rigueur. Une partie de la famille s’est réunie et a décidé de mettre en avant le cadre le plus malléable de la boîte», assure notre interlocuteur. Contactés, des cadres et des membres du personnel de Nma Sanders n’en reviennent toujours pas de cette décision. Selon nos interlocuteurs, Thiendiaté Bouyo Ndao n’a ni le mérite, ni la légitimité ni la compétence pour gérer la boîte. «Il n’est arrivé à Nma Sanders qu’en 2017, soit 2 ans avant le rappel à Dieu du boss (c’est comme ça que certains appelaient Ameth Amar). Avant, il était Directeur général de la Suneor qui a fait faillite. Il ne connaît pas suffisamment la maison. Nous sommes là depuis longtemps, nous savons qui est qui, qui peut quoi, et surtout qui peut booster cette entreprise». 
Au niveau de Nma Sanders, c’est l’abattement total depuis l’annonce de cette nomination qui se murmurait dans les couloirs sans que personne ne donne à la rumeur un quelconque crédit. «Impossible. Catastrophe», réagit ce haut cadre. «Je n’en crois pas mes oreilles. Thiendiaté Bouyo Ndao Directeur général ? Mais qu’est-ce qu’ils font de Monsieur Diop le Directeur général adjoint ? Quid de Déthié Fall, le Directeur Industriel, polytechnicien bien formé qui chemine avec Ameth Amar depuis 17 ans ?», maugrée notre interlocuteur qui jure qu’il est pessimiste quant à l’avenir de Nma Sanders.


Déthié Fall écarté à cause de son engagement politique à Rewmi


Des interrogations légitimes de ce cadre qui ignore les grandes tractations au sein de la famille. Selon ce membre de la famille que nous avons interrogé, Déthié Fall est l’homme de la situation. Cela, jure-t-il, tout le monde le sait dans la famille. Avant de faire une révélation de taille : «Déthié Fall a été injustement écarté à cause de ses activités politiques dans l’opposition, plus particulièrement aux côtés de Idrissa Seck. C’est cela qui s’est passé. C’est injuste et méchant. Des membres de la famille ont aussi dit qu’il n’était pas aussi malléable qu’il le voudrait. C’est une forte tête, quelqu’un de juste, qui n’accepterait jamais de faire certaines choses et qui n’avaliserait jamais certaines décisions prises on ne sait où». 
Un argument des plus fallacieux et légers parce que, de son vivant, assure notre interlocuteur, Ameth Amar savait mieux que quiconque que Déthié Fall faisait de la politique. Il a été député en 2017 et en même temps Directeur industriel de Nma Sanders et cela n’a jamais gêné Ameth Amar. «Attendre le rappel à Dieu de Ameth Amar pour invoquer cette thèse est tout simplement une atteinte à la mémoire de ce dernier», assure notre interlocuteur. 
Nos nombreuses tentatives de joindre Thiendiaté Bouyo Ndao et Déthié Fall ont été vaines. 

Les Échos 
Mardi 29 Octobre 2019
Les Echos




Dans la même rubrique :