GESTION DES ÉCOLES : « Missions, Rôles et Responsabilités des Communautés ».


Je définis l’éducation comme désignant l’ensemble des moyens et approches mis en œuvre pour assurer la formation et le développement d’un être humain, à savoir développer un ensemble de connaissances et de valeurs morales, éthiques, religieuses, physiques, intellectuelles, scientifiques… considérées comme essentielles pour une société.

En effet, une société sénégalaise riche est une société d’abord et avant tout riche de ses enfants, de ses femmes et de ses hommes bien éduqués. Ainsi, l’éducation au sens large du terme, celle qui va du préscolaire jusqu’à l’Université en passant par les valeurs acquises dans nos cellules familiales, dans nos quartiers, dans nos villages, dans nos dahiras, dans nos associations…, est le fondement de tout essor social, économique, et politique.

Éduquer est une mission bien particulière qui est accomplie en premier lieu par les femmes mais surtout par toute la communauté. Il s’agit là d’une mission essentielle et centrale dans la construction de nos sociétés sur la base de nos valeurs fondamentales.

Dans les sociétés modernes, l’école est une institution dont le rôle est incontournable pour la formation des citoyens. Elle est le lieu où s’expriment, en puissance, les aspirations les plus profondes dont le groupe social confie la réalisation à la communauté éducative dont les acteurs sont : les élèves et étudiants, les membres de l’encadrement pédagogique, et les parents d’élèves.
Il va sans dire que pour atteindre les objectifs assignés à l’école, chaque acteur de cette communauté éducative est investi d’une mission précise qui s’inscrit dans une dynamique complémentaire de celle des autres du système.

Par ailleurs, l’attitude et l’image que l’enseignant renvoie à l’élève est capitale dans le processus d’acceptation de son discours pédagogique. Plus cette image sera valorisante, et plus le discours de l’enseignant sera attractif. Mais cela ne s’obtient que par un travail consciencieux et une haute conscience de sa mission. Il faut savoir qu’on ne s’improvise pas enseignant ; on s’y prépare longuement et avec abnégation, car choisir d’exercer ce métier, c’est accepter, avant tout, d’être un modèle. Et un modèle, c’est ce qui se donne à voir en exemple, avec pour devoir de gommer les défauts apparents, pour n’inspirer à l’émule que des valeurs, rien que des valeurs.

Aussi la réussite de la scolarité des enfants dépend largement du dialogue qui s’établira entre les personnels de l’école et les parents et de leur implication dans l’accomplissement de sa scolarité. Les parents sont les premiers et les plus importants éducateurs de l’enfant, non seulement parce que c’est un rôle qu’ils assument dès sa naissance mais surtout parce que la responsabilité de l’éducation des jeunes leur incombe. Ce sont eux qui doivent mettre en place les bases intellectuelles et émotionnelles de sa vie dans la société et développer les attitudes et les valeurs appropriées. Leur rôle est décisif car l’avenir des enfants est fortement conditionné par leurs premières années de vie.

Pour que l’école puisse jouer son rôle, ce sont encore les parents qui ont l’obligation légale d’y assurer la présence et la participation active de l’enfant. Ainsi les parents doivent éduquer leurs enfants alors que l’État doit les former en bon professionnels et citoyens.
Parmi tous les facteurs qui influencent l’éducation de l’enfant de sa naissance à l’âge adulte, la famille et l’école jouent un rôle primordial.

Cependant avec les bouleversements profonds qui affectent aussi bien la famille que l’école traditionnelle, on constate une confusion croissante quant à leurs responsabilités respectives. Tous les deux manquent souvent de repères, surtout face à des défis comme les modèles alternatifs fournis par les médias ou à des phénomènes de société complexes tels que l’exclusion sociale, la marginalisation  ou la violence.
L’avènement de la société d’information pose des défis sans précédent au système éducatif, la famille et l’école sont en plus constamment exposées à des facteurs externes tels que les médias (surtout la télévision et internet, les amis, la communauté etc…)
Les enseignants doivent être fiers de leur place et de leur responsabilité dans la construction de notre Nation. Ils sont « les jardiniers en intelligence humaine ».
Au vu de tout ce qui précède, nous devons adopter la démarche collective et collégiale qui est la meilleure : l’Etat, les collectivités territoriales, les élèves et étudiants, les associations de parents d’élèves, … doivent jouer pleinement leur rôle, chacun en ce qui le concerne et en conjuguant leurs efforts pour cette belle mission.
Que Dieu Tout Puissant Bénisse le peuple sénégalais.


Chérif Léheïbe AÏDARA 
Khalif général de Saré Mamady, Président Coopérative agricole Union des Forces agricoles de Kolda, 
Fondateur du Groupe Scolaire Franco Arabe Chérif Cheikhna AÏDARA.
Région de Kolda
Jeudi 6 Octobre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :