Décryptage / Première déclaration publique après sa sortie de prison : Entre les lignes du discours de Khalifa Sall

Khalifa Sall a mis peu de temps avant d'arriver devant son pupitre, ce lundi, à la salle de conférence de Fun City. Dans une salle surchauffée par des militants, l'ancien Maire de Dakar, habillé en blanc, s'est laissé acclamer, remerciant de la main, les «Khalifa dirigé, Khalifa dirigé, Khalifa dirigé…» qui ont plusieurs fois enflammé la salle et interrompu sa première déclaration publique suite à sa sortie de prison, à la faveur d’une grâce présidentielle. Il s'est exprimé durant plus d'une demi-heure et devant les journalistes réunis en conférence de presse. Décryptage…


L’ex-Maire de la Ville a réussi le pari du rassemblement... de la presse nationale et étrangère. Ils étaient tous là, à l'exception de la RTS. Khalifa Sall s'est présenté devant les sympathisants de Taxawu Dakar pour «exprimer ses sincères remerciements» à ses militants, en s’appesantissant plusieurs fois sur «les pressions et les intimidations (qu’ils ont) vécues». Avant de faire une déclaration d'une demi-heure pour livrer sa vision et son «ancrage dans l'opposition avec fermeté».

 

Un discours sans attaques personnelles, contrairement à une habitude de procès devant le tribunal correctionnel. Le socialiste n'a pas parlé de lui, de sa vie carcérale et de sa grâce présidentielle. Mais, il n'a pas oublié de réitérer  ses ambitions politiques, en ayant «ni haine ni rancœur dans l'adversité politique», comme demandé par quasiment tous les chefs religieux du pays. 

 

Loin des polémiques de ces derniers jours, il a voulu concentrer toute l'attention sur son ultimatum pour engager un tournant. «J'ai une énergie nouvelle que je compte mettre au service du Sénégal», a-t-il soutenu. Il a jeté un pavé dans la marre en proposant la «transformation des lieux de privation de liberté en espaces d’acquisition de savoir pour favoriser la réinsertion des détenus». 

 

À plusieurs reprises, Khalifa Sall a assuré que sa détention « a renforcé (sa) volonté sur les conditions de détention des détenus » et qu'il n'avait pas perdu le « goût d'agir », demandant à l’Etat d’adopter « un statut pour les agents de l’administration pénitentiaire avec l’objectif d’améliorer leurs conditions de travail ». Il a notamment dit avoir une « pensée émue pour toutes les personnes privées de liberté ».

 

Le socialiste a mis l’accent sur l'«énergie nouvelle (qu'il) compte mettre au service du Sénégal» et a appelé ses partisans à avoir «le courage de la responsabilité». Non sans durcir son discours. «Une grande nation comme la nôtre ne peut se construire qu'à travers de grandes valeurs», estime-t-il.  

 

La position de fermeté adoptée par le socialiste rime avec la bienveillance affichée sur le sujet politique depuis longtemps. Khalifa Sall est redescendu sur le terrain politique, après deux ans et demi en prison. «Nous sommes de gauche, nous sommes des socialistes. Nous sommes les héritiers d’une histoire vivante forgée dans l’alliance entre la démocratie et le progrès. Je salue le mérite de chacune et de chacun d’entre vous d’avoir cru à notre combat et de continuer à faire front», a indiqué le leader de Taxawu Dakar.

 

Ce qui veut dire donc que l’ex-maire de Dakar va rester dans son domaine. Il s'est également voulu rassurant, en évitant la rumeur selon laquelle il souhaitait succéder à Ousmane Tanor Dieng, défunt Secrétaire général du Parti socialiste (PS). Khalifa Sall promet «de ne jamais céder aux excès de la politique», car «le passé est passé», a-t-il concédé. Le responsable politique de Grand Yoff ne veut pas ouvrir un nouveau front avec ses camarades de parti et veut «marcher dans un avenir prospère et solidaire». «Une nation refondée autour de valeurs doit être dans un état au service du peuple», prévient-il.  

 

L’ancien Maire de Dakar précise la politique qu'il entend engager avec, à l’appui, les conclusions des assises nationales. «Les conclusions des assises nationales constituent un document de référence de notre projet. Bien entendu, il faudra les adapter au contexte et aux évolutions de notre pays, de l’Afrique et du monde. Nous nous engageons à les mettre en œuvre sans rien omettre, sans rien remettre en cause», a promis l’ancien député. C’est, dit-il, «ce qui le différencie de ceux qui nous gouvernent», présentement.

 

Il a poursuivi son discours par son intention «d’inverser les tendances actuelles de notre économie», tout en traçant «trois viatiques pour nous éclairer dans notre cheminement collectif au service du Sénégal». «L’économie extravertie doit cesser. Pour cela, il faut inverser ou arrêter les importations et développer à la place une économie locale», a-t-il suggéré.

 

Opération séduction réussie en partie pour Khalifa Sall, même si le socialiste n'a finalement rien fait d'autre que tenir sur ses positions. «La fidélité à nos valeurs nous a permis de résister à l’acharnement du pouvoir», se félicité l’ex-maire socialiste.

Qu'on se le dise, Khalifa Sall ne changera pas de cap. «Notre commun vouloir de vie commune doit s’appuyer sur l’édifice d’une République garante de l’Etat de droit et des droits humains», assure-t-il, au pupitre devant quelques dizaines de militants. En guise de bonne volonté, l’ancien député-maire demande à l’Etat de «garantir la solidarité avec les couches vulnérables et la solidarité entre les générations».

 

Sur tout ce qui alimente l’actualité économique, il n'a rien lâché. Si ce n'est la promesse, encore peu détaillée, d'une «recentralisation de l’Etat dans ses missions», avec la «refondation de la gouvernance» en faisant de l’école «un lieu de construction de notre citoyenneté». Pour le reste, le président de Taxawu Dakar s'est surtout efforcé de séduire l’opinion, tout en lui faisant comprendre «qu'il est impératif de replacer l’homme au cœur de la politique publique et de le considérer comme la première ressource», façon main de fer dans une logique de «permettre aux sénégalais d’accéder à des soins de santé de qualité, à l’éducation et à la formation».

 

 

Lundi 21 Octobre 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :