Belgique : le Sénégalais Ousmane Dia choqué par la diffusion des images de son fils, mort dans une épreuve de bizutage.


Ce vendredi 22 avril s’est ouvert, devant le tribunal correctionnel de Hasselt, une ville néerlandophone de Belgique, chef-lieu de la province de Limbourg, le procès de l’affaire Sanda Dia.

Âgé de 20 ans, l’étudiant en Ingénierie civile à l'Université de Louvain, est décédé après une épreuve de baptême organisée par le cercle estudiantin Reuzegom.

À son arrivée au tribunal, rapportent plusieurs médias belges consultés par Dakaractu, son père Ousmane Dia, de nationalité sénégalaise, s’est offusqué de la diffusion des images des dernières heures de l’étudiant. Il a démenti avoir donné son consentement aux diffuseurs. Dans les images, on voit la victime marcher difficilement.  

Dans les débats d’audience, l’un des 18 étudiants poursuivis pour homicide involontaire a reconnu qu’ils sont allés très loin dans ce baptême sacré. « Nous avons dû réfléchir aux risques liés au baptême », a regretté l’ancien président du cercle des étudiants Reuzegom.

Le 5 décembre 2018, Sanda Dia et deux autres bleus devaient subir cette initiation. Un bizutage qui a démarré à Louvain et qui s'est poursuivi à Vorselaar, en province d’Anvers.

L’épreuve consistait à avaler un poisson et boire de la sauce de poisson. Selon 7sur7.be lu à Dakaractu, c’est la forte concentration en sel dans la mixture qui a été fatale à Sanda Dia resté durant plusieurs heures dans un puits glacial. Croyant l’aider en le plaçant près d’un feu de camp, son état ne s’est pas amélioré, justifiant son transport à l’hôpital universitaire d’Anvers où il est décédé. Ses bourreaux risquent jusqu’à 15 ans de prison...  
Vendredi 22 Avril 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :