(VIDÉO À TOUBA) CHEVEUX ARTIFICIELS, DÉPIGMENTATION / Les commerçants du marché Ocass abandonnent le business... Les femmes déjà dans le ndigël

Le voile est devenu la pièce la plus partagée chez les femmes de Touba. D'ailleurs son prix a flambé en l'espace de 72 heures. Les femmes de la cité semblent déjà épouser le nouveau code de conduite qui leur interdit de dépigmenter leur peau et de mettre sur leurs têtes des cheveux artificiels. Interrogées, elles se disent carrément d'attaque à ne transgresser aucun interdit. Au marché Ocass, malgré le colossal manque à gagner, les commerçants de cosmétiques et de cheveux se disent engagés à ''rapatrier'' leurs marchandises. Chez les pères de famille, le ndigël est transmis aux membres de leurs familles qu'ils obligent à le respecter.


Samedi 6 Juillet 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :