Tribunal de Dakar : deux anciens gardes rapprochés de Barthélémy Dias condamnés pour usurpation de fonction.

Les gardes rapprochés René André Badji et Cheikh Mboup et l'agent immobilier Samba Laobé Diagne ont été attraits devant la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar, ce vendredi 27 mai. Ils sont poursuivis pour usurpation de fonction et violence par voie de fait. Sur ce, ils ont tous été reconnus coupables et condamnés à 6 mois assorti de sursis.


Tribunal de Dakar : deux anciens gardes rapprochés de Barthélémy Dias condamnés pour usurpation de fonction.
Sur les faits, le nommé Samba Laobé Diagne avait engagé les services de René André Badji et de Cheikh  Mboup pour procéder à l'expulsion des locataires qui avaient refusé de quitter leur appartement qu'ils avaient du mal à payer depuis quelques mois.

Ainsi, Samba Laobé Diagne  leur a remis un préavis de congé, à l'issue duquel, les deux gardes rapprochés se sont fait passer pour des huissiers avant de sortir leurs bagages dans la rue, en leur absence. C'est ce qui a valu leur comparution devant la barre du Tribunal d'Instance de Dakar, ce vendredi 27 mai.

Devant le prétoire, Samba  Laobé Diagne a fait savoir qu'il a hérité de l'agence  immobilière de son père depuis 4 ans. "Les parties civiles sont restées des mois sans payer. C'est la raison pour laquelle je leur ai servi un préavis de congé pour qu'elles puissent quitter l'appartement. Le préavis de congé est arrivé à son expiration, mais elles ont refusé de sortir. J'ai contacté l'huissier qui était injoignable, et c'est là que j'ai eu l'idée de recruter deux jeunes pour procéder à leur expulsion", avoue-t-il. 

Poursuivi pour usurpation de fonction, violence et voie de fait, le prévenu Cheikh Mboup  dit avoir été le garde rapproché de Barthélémy Dias de 2009 à 2020 et avoue avoir fait de nombreuses opérations de déguerpissaient avec l'actuel maire de la ville de Dakar. Domicilié à la Sicap, Cheikh Mboup s'est présenté devant la porte de l'appartement des plaignantes, à savoir Maty Ba et Fana Sy, en tant que gendarme. Ce qu'il refuse. "J'ai présenté ma carte professionnelle de sécurité privée, mais je ne me suis jamais présenté en tant que gendarme." 
Son co-prévenu, René André Badji abondera dans le même sens.

À son tour, la partie civile Maty Ba revient sur les faits. "Nous sommes trois personnes dans l'appartement. Mais ce jour-là, c'est la bonne seule qui était dans la maison. Moi, j'étais parti avec un courtier chercher une autre location. À l'arrivée de ces deux personnes, la bonne m'a appelé en vain. Par la suite, elle a réussi à joindre un de nos amis auprès duquel ils se sont présentés comme des huissiers. C'est ainsi qu'ils ont sorti tous nos bagages dans la rue", dit-elle. 

Invité à faire son réquisitoire, le parquet a plaidé un an de prison assorti de sursis avec une amende de 100 000 francs Cfa. La défense quant à elle, a demandé une application bienveillante de la loi pénale. 
Finalement, le juge après en avoir délibéré, a condamné les mis en cause à 6 mois assorti de sursis et une amende de 100.000 chacun... 
Vendredi 27 Mai 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :