Mali: l'Allemagne énonce ses conditions à la junte pour rester jusqu'en 2024


La ministre allemande de la Défense a prévenu jeudi la junte au pouvoir à Bamako que le maintien des forces de son pays au Mali jusqu'en mai 2024 était conditionné à leur capacité à remplir leur mission et à la tenue d'élections.

Christine Lambrecht est la première haute responsable allemande à se rendre à Bamako depuis que Berlin a annoncé le 22 novembre qu'il comptait mettre fin d'ici à mai 2024 à son engagement dans la mission de l'ONU (Minusma) au Mali, pays en proie depuis 2012 à la propagation jihadiste et à une grave crise multidimensionnelle.

Le gouvernement allemand "a pris la décision de continuer à soutenir le processus de transition jusqu'en mai 2024, mais c'est lié à des conditions qui doivent être remplies", a-t-elle dit à l'occasion d'une rencontre avec son homologue malien, le colonel Sadio Camara, un des hommes forts du régime.

"Si une de ces conditions n'étaient pas remplies, nous serions amenés à revoir notre décision", a-t-elle ajouté selon un enregistrement des propos tenus par les deux ministres, transmis à l'AFP.

L'Allemagne déploie environ 1.100 soldats au Mali, a-t-elle rappelé. L'Allemagne est le septième pays à décider au cours des derniers mois d'arrêter ou suspendre sa participation à la Minusma. L'avenir de la mission est en question alors que les violences continuent dans le centre, le nord et l'est, sans perspective proche de fin selon les experts.

La Minusma est entravée dans sa mission par les restrictions imposées par la junte qui a pris le pouvoir en 2020. Le Mali a été le théâtre en 2021 d'un second coup d'Etat raffermissant la mainmise des militaires.

L'une des conditions de la présence allemande est "que nous puissions remplir notre contrat opérationnel, réaliser notre mission au sein de la Minusma, une mission de reconnaissance, ce qui n'a pas été possible malheureusement durant de longues semaines", a dit Mme Lambrecht.

Au cours d'entretiens qu'elle a décrits comme un "échange ouvert et honnête" a été abordée la faculté de l'armée allemande à faire voler des drones, a-t-elle précisé.

Les opérations aériennes de la Minusma sont considérablement restreintes par les interdictions de survol ou l'instauration de demandes préalables par les autorités maliennes.

La ministre allemande a énoncé comme autre condition le respect par les colonels de leur engagement à tenir des élections en février 2024 pour laisser la place à des civils. La junte avait fini par fixer cette échéance sous la pression, après avoir envisagé de rester jusqu'à cinq ans.

Le colonel Camara a répété l'exigence constamment martelée de respect de la "souveraineté" malienne pour coopérer avec des Etats étrangers. Il a dit apprécier le fait que le retrait allemand soit "planifié" et ait donné lieu à des échanges avec Bamako, ce qui le distingue selon lui du retrait de la France achevé en août.

La France a retiré il y a quatre mois du Mali, qui a choisi d'avoir recours aux services d'instructeurs russes pour l'aider à sécuriser le pays. Selon Paris, il s'agit de mercenaires de la société Wagner, ce que Bamako dément.
Jeudi 15 Décembre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :