La subsidence urbaine dans le monde : Dakar fait-elle partie des villes qui risquent de s’enfoncer sous terre un jour ?


La subsidence urbaine dans le monde : Dakar fait-elle partie des villes qui risquent de s’enfoncer sous terre un jour ?
La subsidence urbaine, c’est-à-dire l’affaissement progressif du sol urbain, est devenu un danger courant et très préoccupant à travers le monde. Beaucoup d’endroits de la terre supportent de moins en moins le poids de leurs villes qui continuent pourtant de s’accroître à un rythme vertigineux. Les villes littorales sont celles qui sont le plus exposées au risque de subsidence et certaines d’entre elles doivent dorénavant prendre des mesures de mitigation urgentes au risque de se retrouver englouties un jour comme certaines de leurs sœurs de l’Antiquité (Héracleion en Egypte, Baia près de Naples en Italie, etc.) dont les ruines enfouies continuent de faire les choux gras de la presse archéologique.
En Asie et en Amérique où ont sont localisées les plus grandes mégalopoles du monde (Pékin, Shanghai, Tokyo, New York, Sao Polo, Mexico, …), les mesures géophysiques réalisées sont sans cesse alarmantes et révèlent un écart croissant entre le niveau de la mer (qui s’élève inexorablement) et celui du sol urbain (qui continue de s’enfoncer). Un contraste qui rend les villes plus vulnérables aux aléas du milieu marin, et aux inondations surtout. Bizarrement, le triste record de subsidence urbaine est battu par la ville américaine de la Nouvelle Orléans (400 000 habitant aujourd’hui) très connue pour ses immenses installations pétrolières et son extrême vulnérabilité aux aléas climatiques et aux risques technologiques. La Nouvelle Orléans fut le théâtre de l’une des plus grandes catastrophes technologiques de ces dix dernières années, à savoir l’explosion de la plateforme pétrolière Deep Water Horizon en 2010.
Aujourd’hui, les causes et les manifestations visibles (craquelures de la croûte terrestre, affaissement du sol, fissures et effondrement d’immeubles, etc.) de la subsidence urbaine sont assez bien connues. Par contre, les techniques utilisées pour la ralentir ou atténuer ses effets s’avèrent peu efficaces et très couteuses.
Selon diverses études scientifiques réalisées aux cours de ces cent dernières années, la subsidence urbaine peut être due à plusieurs facteurs, dont trois principalement : le surpoids démographique aggravé par la verticalisation continue et incontrôlée de l’habitat, le pompage excessif des nappes urbaines qui rend vulnérable la croute terrestre et l’exploitation pétrolière aux larges des grandes métropoles qui provoque aussi et accélère l’affaissement de ces nappes.
En Afrique, le phénomène de la subsidence urbaine est maintenant observé dans plusieurs métropoles littorales dont Lagos et Abidjan en Afrique de l’Ouest. Dans ces immensités urbaines, la résorption des besoins croissants en logements, en eau pour l’alimentation et l’agriculture urbaine et en services divers s’est inévitablement soldée par un accroissement démographique sans précédent et un dérèglement irréversible de l’équilibre géophysique du sol urbain.
Pour le cas de Dakar, si aucune étude spécifique n’a, à ce jour, révélé l’existence du phénomène, ses facteurs de survenance semblent en revanche réunis. Ainsi, si des mesures urgentes et appropriées ne sont pas prises (contrôle strict de l’habitat en hauteur, surveillance du niveau des nappes souterraines, surveillance et réglementation rigoureuse de l’exploitation pétrolière, …), Dakar pourrait bel bien, un jour, être confrontée à un risque de subsidence et mettre en danger ses millions d’habitants.
A Dieu ne plaise !
Dr Ousmane THIAM
Géographe et spécialiste de prospective territoriale
 
Mercredi 16 Juin 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :