Exécution des opérations budgétaires de l'année 2016 : les recettes n'ont pas permis de couvrir les dépenses de l'année


Conformément à la loi organique n° 2001-09 du 15 octobre 2001 relative aux lois de finances et du décret n° 2003-101 du 13 mars 2003, le gouvernement du Sénégal s'est présenté ce mardi 13 février à l'Assemblée nationale pour rendre compte de la gestion des deniers publics de l'exercice 2018. Le texte dont Dakaractu a recu copie, est la traduction la volonté du “Président de la République et de son gouvernement de promouvoir la transparence particulièrement en ce qui concerne la reddition des comptes”. 

Si on se fie au document, “les opérations budgétaires de l'année 2016 se caractérisent par un niveau satisfaisant de recouvrement de recettes et une exécution appréciable des projets financés sur ressources extérieures atténués par celle plus prudente des dépenses sur ressources internes”. Et d'ajouter : “Les ressources totales se sont inscrites en hausse de 28,4% par rapport à 2015”. Ce qui s'explique selon toujours le gouvernement par ''l'augmentation des recettes fiscales et non fiscales qui ont connu une amélioration, en glissement annuel de 11,8%”. Au sujet des dépenses totales, le texte fait mention d'une augmentation de 17,9% par rapport à la gestion précédente. “Cette progression résulte de l'expansion des dépenses d'investissement à travers l'exécution des projets de grande envergure”, explique le document selon lequel, les recettes et les dépenses ont progressé respectivement de 28,6% et 18,1%. 

 “Quant aux comptes spéciaux du Trésor, les recettes et les dépenses ont connu une hausse respective de 19% et de 14% par rapport à 2015”, ajoute le document. Cependant, les recettes engrangées n'ont pas permis de couvrir totalement les dépenses de l'année, temporise le gouvernement qui en impute la responsabilité à l'état déficitaire du Compte spécial “Fonds national de retraite (FNR)”.
Mardi 13 Février 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :