DIAMNIADIO / Le cri du cœur des paysans de Bud Sénégal : « Nous voulons que le Chef de l’Etat fasse de cet espace un Pole agricole » (M. Oumar Sakho, CNDR)


Alors que se tient à Paris, le Salon International de l’Agriculture où le Sénégal est représenté, des  agriculteurs sénégalais ruent dans les brancards parce que menacés par des investisseurs et autres promoteurs immobiliers véreux qui veulent s’accaparer de leurs terres.

Ainsi, Le collectif des anciens travailleurs de BUD Sénégal, SENPRIM, et SEPROMA, de la plateforme Départementale des acteurs non étatiques de l’Alliance des Écologistes, Alternative Sociale et Solidaire de la coalition des 27 Communautés Villageoises des zones impactées des populations et Familles victimes des spoliations foncières de la Convention Nationale pour le Développement Rural (CNDR), constatent pour le regretter,  l’accaparement des terres des périmètres maraîchers de l’ex société Bud Sénégal (Baobab, Tivaouane peulh, Kirène) et du domaine de l'ISRA sis à Sangalkam; la déforestation de la zone consécutive à l’abattage systématique des baobabs et des autres espèces végétales; la déclassification illégale et non réglementée de la forêt de Mbeuth; le détournement des eaux des forages de beer thialane destinées initialement au périmètre de baobab; la délivrance des NICAD (nouvelles identifications cadastrales) par le service des domaines et du cadastre et par la mairie de bambilor. À cet effet, ils interpellent les pouvoirs publics au premier rang desquels, son Excellence M. Macky Sall, Président de la République, pour la cessation sans délais de ces agissements de nature à perturber la stabilité des populations riveraines. À cet égard, le collectif propose l’érection des périmètres maraîchers de l’ex société BUD Sénégal en Pôle agricole sous la tutelle du Ministère de l’agriculture et de l’Equipement Rural, à l’instar des pôles Urbains de Diamniadio et du Lac Rose. "Le département de Rufisque, au centre d’un péril foncier et la seule dorsale agricole de la région de Dakar, représente le dernier rempart contre le dérèglement climatique, et contribue au respect des Engagements des Directives Volontaires de la FAO portant sur le foncier, les Océans, les Forêts, l’accès des femmes et des jeunes à la terre et à la sécurité alimentaire. L’agriculture péri urbaine sera ainsi sauve et la vocation agricole des Niayes préservée", peut -on lire dans leur déclaration commune. 

Selon  la conseillère municipale de Diamniadio, Ndèye Woré Mbengue, il est de notoriété publique que leurs parents travaillaient dans ce site de Bud Sénégal et tous ces gens là sont aujourd’hui dans la misère. Ce qui est injuste à ses yeux.  Elle a ajouté qu’aujourd’hui "les commerçants de Diamniadio sont obligés d’aller au Maroc pour acheter des produits alors que ces mêmes produits on pouvait les cultiver ici dans le pays, particulièrement à Bud Sénégal." En revanche, ces paysans veulent que Bud Sénégal soit restitué aux ayants droit qui ne sont personne d’autre que les paysans. « Nous interpellons le Président de la République, Macky Sall afin qu’il vienne en aide aux paysans de Diamniadio, car c’est ici qu’ils trouvaient leur gagne-pain », a déclaré Mme Mbengue. Ses propos sont appuyés par le président de la convention nationale pour le développement rural, M. Oumar Sakho, qui demande au Chef de l’Etat de faire de cet espace de Bud Sénégal, un Pôle agricole reconnu au niveau du ministère de l’agriculture. À son avis, cela permettra d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. « Le périmètre Bud Sénégal a un investissement d’ 1 milliard avec des forages », informe-t-il. Ces paysans veulent l’arrêt immédiat des constructions au niveau dudit espace. Il rappelle ainsi au chef de l'Etat ses engagements vis-à-vis de BUD Sénégal...
Mardi 25 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :