Complaisance à l’endroit de Khalifa Sall : un avocat de la Ville de Dakar soupçonné


La qualité d’avocat de la partie civile n’est pas un quitus pour enfreindre à la procédure, selon le juge Malick Lamotte. Le président du tribunal de grande instance statuant en matière correctionnelle, où sont attraits Khalifa Sall et Cie, est revenu sur "le comportement que doit avoir un conseil de la partie" civile vis-à-vis des prévenus. À en croire le magistrat, il y a des questions que Me Moustapha Gaye, constitué pour la défense des intérêts de la municipalité de Dakar ne doit pas poser au maire de Dakar. "Une partie civile qui défend un prévenu, je n'ai jamais vu ça. Aidez-nous à faire respecter les règles de procédure", supplie le juge.
Le magistrat rappelle qu'il y aura "une vie après" l'affaire de la caisse d'avance. "Si on se laisse faire, comment allons-nous nous regarder les yeux dans les yeux après ? Tout ce qui concerne la défense des intérêts des prévenus, vous le laissez aux avocats de la défense. Nous sommes responsables et nous devons respecter des règles. Rien ne vaut qu’on soit dans cette situation. Ça ne s’est jamais fait et ça ne fera pas", a déclaré le juge de Khalifa Sall à l'endroit de Me Moustapha Gaye.
Mercredi 7 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :