Cathédrale de Saint-Louis : Près d’un milliard pour la réhabilitation des lieux


Cathédrale de Saint-Louis : Près d’un milliard pour la réhabilitation des lieux
L’image est symbolique. Les présidents Sall et Macron en compagnie du Pdg d’Eiffage, Gérard Sénac, écoutant attentivement les explications de Mme Ndèye Oumou Niang ingénieur études au sein de Eiffage Sénégal. Dans ses explications, elle rappellera que, « ce projet tient à cœur le Groupe Eiffage qui a pris l’engagement de réhabiliter le patrimoine sénégalais et le transmettre aux générations futures ».
Ainsi, pour cet édifice datant du 18ème siècle, il sera question de rigidifier le bâtiment pour une meilleure répartition des charges, régler les topos d’humidité et lutter contre la remontée capillaire qui humidifie les mûrs. Et enfin pour la troisième phase soulignera l’ingénieur, « on va s’attaquer aux problèmes d’étanchéité au niveau de la dalle haute, avant de finir par la réhabilitation de l’intérieur. » Pour ce volet, rappelle Mme Niang, les  vitraux vont être réfectionnés en remplaçant les supports corrodés, le réseau électrique sera remis aux normes, la cloche qui ne fonctionne pas réparée et finir par la sonorisation, la menuiserie, les portes  entre autres. Pour l’extérieur, les travaux consisteront à enlever les enduits, pour laisser respirer le bâtiment, et faire redescendre le taux d’humidité - 4%, avant de refaire un enduit qui va résister au sulfate et à l’air marin, très présent à Saint-Louis, a fait noter le chef des travaux.
L’objectif de cet engagement du Groupe Eiffage est de redonner à la bâtisse son allant et son lustre d'antan.
De plus, à travers cet engagement, le Groupe Eiffage s’inscrit davantage dans un processus de préservation du patrimoine bâti du Sénégal. Dans un autre côté, Abdou Aziz Guissé, directeur du patrimoine culturel au ministère de la culture est revenu sur la symbolique de cette réhabilitation, avant de se réjouir que Saint-Louis étant patrimoine mondial, il est aujourd’hui mis en place un programme hardi de réhabilitation de nos lieux de mémoire. L’objectif est de donner une seconde vie à ces bâtiments qui ont participé à tracer l’histoire de cette capitale.
Cette cathédrale rappelle-t-il, est la plus vieille de l’Afrique de l’Ouest, et fait partie d’un dispositif avec la Place d’armes, la Gouvernance, les deux Rognat, la Place Faidherbe et « il manquait le spirituel avec cette Cathédrale mère fondatrice des sœurs de Saint-Cluny avec Anne Marie Javouhey qui avait intercédé en sa faveur auprès du baron Roger. Ainsi, le 11 février 1827 les travaux furent lancés...  
Dimanche 4 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018