BIGNONA /TOURISTES ESPAGNOLES SUPPOSÉES VIOLÉES : Les responsables du syndicat d'initiative du tourisme prêts à porter plainte devant la justice espagnole.


BIGNONA /TOURISTES ESPAGNOLES SUPPOSÉES VIOLÉES : Les responsables du syndicat d'initiative du tourisme prêts à porter plainte devant la justice espagnole.
Les responsables du Syndicat d’Initiative des Acteurs du Tourisme en Casamance, ont organisé aujourd’hui un point de presse à Ziguinchor à l’effet de demander à l’Etat du Sénégal de tirer au clair le « braquage supposé » de quatre touristes espagnols dans le département de Bignona, durant lequel trois femmes auraient déclaré avoir été violées par les braqueurs. Ces syndicalistes, dirigés par Augustin Diatta, disent qu’ils sont prêts à se rendre en Espagne pour porter l’affaire devant la justice.
Selon le président du Syndicat d’Initiative, « ce n’est pas exclu, nous sommes capables d’aller jusqu’en Espagne, saisir un avocat et porter plainte contre ces gens-là ». Augustin Diatta a cependant assujetti leur décision à « l’incapacité » de l’Etat du Sénégal, à travers ses enquêteurs, « de ne pas poursuivre l’enquête ouverte jusqu’à son terme », après le « braquage supposé » des touristes espagnols.
« Nous voulons savoir ce qui s’est passé, c’est tout ce que nous voulons, et que ceux qui ont le dossier en main aillent jusqu’au bout, sinon, pourquoi on les a laissés partir ? », a notamment insisté Augustin Diatta pour qui « je ne suis pas sûr qu’il y ait eu braquage suivi de viol de ces gens-là ; sinon, pourquoi il y aurait eu braquage à côté d’un cantonnement militaire, pourquoi les supposés braqueurs n’ont pas braqué des vélos, des véhicules particuliers, des véhicules de transport, pourquoi eux seulement ? Non ! Nous pensons qu’il y a eu sabotage et diabolisation de la destination Casamance ».
Si l’on en croit le président du Syndicat d’Initiative, « c’est à cause de cette fausse information, heureusement démentie par le ministre de l’intérieur, que nous sommes en train de perdre des clients, car il y a énormément d’annulations de réservation. »
Augustin Diatta a même évoqué « une possibilité pour ces touristes d’avoir inventé le braquage pour ensuite aller se faire rembourser par leurs assureurs une fois rentrés en Espagne. » C’est la raison pour laquelle il a insisté sur l’aboutissement de l’enquête ouverte...
Jeudi 1 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :