Sonko raille les leaders frustrés de YAW et édifie sur la liste de Dakar : « Il faut faire violence sur soi-même pour l’intérêt général… Ce que j’ai tenu à faire savoir à Barth… »


Le patron de Pastef, après un mutisme sur l'affaire qui secoue la scène politique particulièrement les législatives, a tenu une déclaration ce mardi. Ousmane Sonko, avec le représentant du PUR Cheikh Tidiane Youm, estiment qu’il faut reprendre les choses en main. C'est vrai que les investitures ne sont pas faciles et les deux membres de la coalition Yewwi Askan Wi le savent bien.
 
Ce qui s'est passé c’est qu’au niveau des investitures, il avait été décidé de laisser à Khalifa Sall de faire le travail sur les investitures. « Nous avions dit que les ¾ des leaders devraient aller au niveau des départements, mais plusieurs leaders voulaient partir sur la liste nationale. Ce qui est le plus important, c'est de discuter avec la coalition, avec la conférence des leaders. Si vous avez donné à quelqu'un un travail, il fallait avant de prendre toute décision, échanger avec lui. Il nous faut privilégier l'intérêt de la population. Yewwi Askan Wi appartient au Sénégal »,  ont-ils soutenu. Ousmane Sonko, prenant la parole après Youm, considère que le leader doit avoir de la hauteur pour gérer toute situation qui advient. 
 
« Ce qui s'est passé dans Yewwi et qui a poussé des gens de la coalition à montrer leur frustration est juste inadmissible. Les listes qui ont été annulées sont nombreuses à cause de divers motifs et cela n'a suscité aucun bruit. Tout leader dans Yewwi Askan Wi doit faire renoncement à lui-même, car pour ces élections, il faut savoir que l'enjeu, c'est au niveau des listes départementales. Si nous nous considérons comme des leaders, chacun doit se mesurer au niveau des départements », a lancé le leader de Pastef à l’encontre des frustrés qui ont récemment tenu un point de presse pour dénoncer l’attitude de la conférence des leaders.

Sonko de rappeler pour la mémoire collective : « Nous avons donné notre confiance à Khalifa Sall. Moi qui vous parle, j'ai été consulté par Khalifa Sall mais j'ai été défavorable sur certaines propositions. On doit donner des opportunités à ceux qui se sont investis dans la coalition. Nous avons fait des efforts. Mais ces partis qui tirent la coalition doivent être récompensés. C'est tout à fait logique... Ces déséquilibres dans les listes ne doivent pas provoquer un tsunami », a encore sermonné le Pastéfien, jugeant qu’il faut laisser de côté les procès d'intention.

Revenant sur le dépôt des listes, Ousmane Sonko se veut clair : « J'ai été surpris par cette affaire de la liste de Dakar. Khalifa m'a appelé pour me dire qu'il y a un problème à Dakar. Nous avons trouvé un accord avec Wallu le dimanche à 12h. Khalifa Sall n'en est pour rien. Le remplacement pouvait se faire, mais Barthélémy Dias voulait coûte que coûte ses trois hommes. En effet, j’ai bien dit à Khalifa Sall d’enlever le nom de Babacar Mbengue ou Palla Samb et de le remplacer par une femme pour respecter la parité. Il m’a ensuite dit qu’il doit appeler Barthélémy Dias qui tient à avoir ses trois hommes à Dakar pour mieux le soutenir dans sa lutte à Dakar. J’ai ensuite demandé à Khalifa Sall d’appeler le maire de Dakar et de me laisser parler avec lui. Je lui ai ouvertement dit que nous n’allons pas laisser la chance que nous avons dans cette liste après que nous ayons fait de gros efforts. Je lui ai même dit que ceci n’est point une consultation car il n’est pas leader. Quand j'ai parlé avec lui, il n’y a pas eu d'évolution. J'ai finalement appelé Déthié Fall qui a ensuite estimé nécessaire de prendre ses responsabilités. Il y a eu de la négligence et nous les assumons... », dira le patron de Pastef ajoutant qu’il n’y a point de « divergences » dans la coalition.
Mardi 17 Mai 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :