Secteur minier au Sénégal : le Cajust à travers la campagne « Article 25 », veut rendre ce qui appartient au peuple.

Après le lancement en octobre de la campagne dénommée "Article 25", le réseau citoyen actif pour la justice sociale (Cajust), cette fois-ci, pour concrétiser son projet, a organisé le mercredi 7 décembre un déjeuner d'échanges afin de discuter des possibilités de la mise en œuvre de cette campagne.


En effet, cette campagne interpelle l’État et les compagnies minières qui opèrent dans le pays afin de respecter leur engagement qui est de verser les bénéfices issus de l’exploitation des ressources naturelles aux communautés impactées par ces opérations extractives dans les principales régions minières que sont Kédougou, Matam et Thiès. Ainsi, pour accentuer leur plaidoyer, le CAJUST s’appuie sur « l’article 25 » de la constitution du Sénégal qui stipule que « les ressources naturelles appartiennent au peuple » (…). Mais aussi, dans le code minier de 2016 dans son article 115, il est dit que les compagnies doivent verser 0,5% de leurs chiffres d’affaires bruts annuels aux collectivités locales à travers les fonds d’appui et de développement. Et selon l’article 113 du même code, l’État doit en verser 20%. »
Des régions du Sénégal riches en ressources naturelles où parfois plusieurs entreprises extractives opèrent, telle que la région Kédougou, vivent un paradoxe troublant de pauvreté accentué par le manque ou même l’absence de services sociaux de base. De plus, les personnes vivant dans ces zones minières perdent leurs principaux moyens de subsistance et subissent tous les effets négatifs de l’exploitation minière, telle que la dégradation des terres arables, des pollutions de tout genre et l’épuisement et la contamination des nappes phréatiques.
Ainsi, selon les données déclarées par les services publics, le total des revenus générés par le secteur extractif pour l’année 2020 s’élève à plus de 322 millions de dollars us, soit plus de 185 milliards de FCFA et plus de 167 milliards de FCFA ont été affectés au budget de l’État, contre 147 en 2019. Et selon Gaël Babacar Mbaye, l'un des initiateurs de la campagne nationale « Article 25 », « ces fonds pourraient évidemment contribuer largement en terme de développement social et économique » des régions impactées par les activités des entreprises extractives.
À cet effet, pour rendre effective cette campagne citoyenne, le CAJUST a fait une sélection minutieuse de leaders d’opinion de renom dans plusieurs domaines d’activité, tel que des journalistes, des influenceurs, des artistes-musiciens et sociologues afin d'élever leurs voix et de permettre que les populations sénégalaises soient conscientes de ces dispositions légales et de favoriser une distribution effective des revenus issus de l’exploitation des ressources minières au profit des populations, conformément aux dispositions des Articles 113 et 115 du code minier de la Constitution du Sénégal...
Jeudi 8 Décembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :