Pascal de Izaguire, PDG CORSAIR : “Les accords bilatéraux sont une entrave au développement des liaisons aériennes”

Avec un succès franc à Dakar, Corsair nourrit l'ambition de se déployer dans les autres capitales africaines. Mais c'est sans compter sur les accords bilatéraux entre certains pays africains et des compagnies aériennes qui empêchent toute concurrence loyale. Ce que le Directeur général de Corsair n'approuve pas du tout.


C'est suite à une demande des autorités sénégalaises que Corsair a ouvert une ligne sur Dakar. Lancée en 1993, elle est régulière depuis 2012. Et le succès a été au rendez-vous d'où les ambitions légitimes de la compagnie aérienne d'étendre ses tentacules dans d'autres capitales africaines. Sauf qu'en face, un mur solide est dressé par des accords bilatéraux signés entre certains pays africains et la concurrence.

En marge d'un diner à Paris avec des journalistes sénégalais, le Président Directeur général de Corsair international a vivement regretté la présence de ces accords qui, à son goût, constituent une entrave aux liaisons aériennes. Or pour, Pascal de Izaguire, “l'Afrique a besoin de libérer les énergies, d'abolir les frontières, de faire tomber les barrières pour favoriser le développement du transport aérien”.

En outre, il s'est aligné sur la position de son adjoint à propos du nouvel aéroport de Diass. “Il y a eu bien sûr une période de rodage au tout début, mais c'est un aéroport beaucoup plus grand, beaucoup plus performant. Nous en sommes extrêmement satisfait. Il est plus proche de la zone touristique de Saly. Pour l'image du Sénégal, c'est extrêmement important”, applaudit le PDG de Corsair.
Mercredi 6 Juin 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :