Maladie hémorragique du lapin : « Elle n’est pas transmissible à l’homme et n'a rien à voir avec le coronavirus » (Dr Mbargou Lo, DSV/MEPA)


Des suspicions de foyers de la maladie hémorragique du lapin ont été rapportés dans les départements de Dakar, Pikine et Thiès, depuis le 30 mars 2020. En effet, la maladie hémorragique du lapin causée par un calicivirus est très contagieuse et mortelle. Cependant, "elle n’est pas transmissible à l’homme, donc ce n’est pas une zoonose. Elle n'a aussi rien à voir avec le covid-19", rassure d'emblée le Dr Mbargou Lo,  Directeur des Services Vétérinaires du Ministère de l’Elevage et des Productions animales.

Ainsi, à la date du 21 avril 2020, au total, trente (30) foyers ont été rapportés. Sur un effectif de cinq cent soixante-deux (562) lapins, cinq cent-vingt-un (521) malades et quatre cent-un (401) morts ont été enregistrés. Les taux de morbidité et de mortalité sont respectivement 92,70% et 71,35%.

Les autres régions du pays n’ont pas encore rapporté de cas. Mais pour éviter la propagation de la maladie, le Ministère de l’Elevage et des Productions animales a pris les mesures conservatoires suivantes fortes. Des mesures telles que mise en alerte des agents pour assurer un rapportage régulier des cas ; l'envoi des premiers échantillons le 30 mars 2020 à l’Institut Pasteur de Dakar en raison de la fermeture temporaire du Laboratoire national de l’Elevage et de Recherches vétérinaires de Dakar ; l'envoi des autres prélèvements au Laboratoire national de l’Elevage et de Recherches vétérinaires après sa réouverture le 14 avril 2020 ; la sensibilisation des éleveurs rencontrés lors de la mission d’investigation dans le département de Thiès sur la mise en œuvre des mesures de biosécurité dans les élevages, notamment la quarantaine, l’enfouissement, l’incinération, le nettoyage, la désinfection et la séparation des espèces ; l'appui en désinfectants aux Services régionaux de l’Elevage et des Productions animales de Thiès et Dakar concernés par la maladie. Cependnat, les résultats d’analyses du Laboratoire national de l’Elevage et de Recherches vétérinaires sont attendus. Et seuls ces résultats "confirmeront ou informeront la présence de la maladie hémorragique du lapin, dans notre pays", a ajouté le Dr Lo.

En perspective, il conviendra en cas de confirmation de la maladie hémorragique du lapin qui sévirait pour la première fois au Sénégal, d’envisager l’importation du vaccin en France. 
Mercredi 22 Avril 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :