Karim Wade, de la Korité à la Tabaski : le lexique du retour perd du champ


Karim Wade, de la Korité à la Tabaski : le lexique du retour perd du champ
Le candidat déclaré du Parti démocratique sénégalais est convaincu que Macky Sall prépare un « coup d’Etat électoral ». C’est cela la trame de « l’ultime message » qu’il a délivré hier.
Ainsi, ce discours est géométriquement centré sur Aly Ngouille Ndiaye, accusé de tous les péchés d’Israël par Wade-fils. Après avoir parcouru le texte, on a l’impression que Karim a jeté le manche après la cognée et qu’il a changé de fusil d’épaule, des suites de l’invalidation de son inscription sur les listes électorales l’excluant, de fait, de cette présidentielle.
C’est comme si toutes les tentatives de médiation au plan national et international avaient échoué. « Il ne reste plus qu’à aller aux élections », concèdera Macky Sall après avoir sacrifié à la prière de la Tabaski ce mercredi.

Pour rappel, lors de son adresse à la nation de la Korité, Karim Wade avait presque annoncé son retour en ces termes : « Je suis en route pour faire face à mes devoirs et mériter la confiance de ceux qui m’ont investi et de tous ceux qui sont décidés à m’accompagner. Macky Sall doit être conscient qu’aucune compromission, pas même celle d’une justice aux ordres, ne saurait arrêter la marche d’un peuple qui veut vaincre la fatalité et prendre son destin en main. En vérité, au lieu de se dérober dans une fuite peu glorieuse, il ne lui reste qu’à prendre enfin son courage à deux mains pour m’affronter dans un combat loyal où il ne peut que sortir vaincu ».

C’est quelques jours plus tard, exactement le 2 juillet 2018, que la Direction générale des élections (Dge) a, lors d’un point de presse, annoncé le rejet de l’inscription de l’ex-ministre d’Etat. Le 3 juillet, Libération rend publique la décision de la CREI qui a transmis à la Direction de la Police de l’Air et des Frontières (Dpaf) un ordre de conduite à la Maison d’arrêt la plus proche, visant Karim et ses co-inculpés.  

Toutes choses qui auraient décidé Wade-fils à renvoyer son retour à la semaine des quatre jeudis. Invité en mars 2018 à l'émission "Face to face" sur la TFM, Omar Sarr, numéro 2 du Pds, avait avancé : « Je suis allé à Doha …Je peux vous assurer que Karim Wade sera au Sénégal bientôt. Mais ça, c'est notre stratégie et notre plan qu'on va ourdir. Il y a le Ramadan par exemple. La question est de savoir si Karim Wade va venir au Sénégal et y rester quelques mois, repartir et revenir, on va réfléchir à toute cette stratégie ».

C’est dire que le Pds est, avec la donne, en train de revoir sa stratégie. Même dans ses différentes sorties, le comité directeur du parti sopiste n’ose plus prendre date pour ce retour. Une seule question taraude les esprits : quel est le plan B de Karim Wade, qui ne croirait plus en ses chances d’être candidat ?
Jeudi 23 Août 2018
Dakaractu




1.Posté par mademba le 23/08/2018 11:58
Mais vous aussi votre comentaire est tout a fait le contraire de l esprit du message de Mr Karim Wade.Il n a jamais infirmè dans son message son intention de venir au moment opportun assumer ses devoirs au nom de sa formation politique et du peuple senegalais dont il estime être le candidat naturel.Tout en sachant que votre redaction n aura pas l èthique l honnètetè et la morale de publier une idèe qui va à l opposèe de l interêt du pouvoire je ne me faits aucune illusion quand à la publication de ma contribution...L opinion a constatè que bous avez changè complètement.Mais celà ne servira à rien....



Dans la même rubrique :