ITV AVEC MARA DIOP (CESE) : « Ce Nemeeku Tour c’était pour anticiper sur l’affaire Adji Sarr… Alioune Tine et Seydi Gassama sont aussi des politiciens! »


Conseiller Économique, Social et Environnemental récemment nommé par le Président Macky Sall, Ousmane Mara Diop, rue encore dans les brancards lorsqu’il entend des leaders de l’opposition déprécier l’institution à laquelle il appartient. Pour ce premier entretien qu’il accorde à la presse, le jeune leader politique de Ndindy s’est carrément braqué contre les détracteurs du CESE. Il a aussi commenté le «  Nemeeku Tour » de Sonko qu’il assimile à « une tentative d’escapade bien mûrie  pour échapper à la justice suite à l’affaire Adji Sarr », non sans brocarder les leaders de la société civile à qui il demandera «  de limiter les mandats et de savoir aussi partir à la retraite »
 
 
 
Dakaractu : C’est maintenant devenu presque clair. Vous êtes dans la dynamique d’un troisième mandat pour le Président Sall. 
 
 
Mara Diop : Il ne s’agit pas de troisième mandat mais d’un deuxième quinquennat que la loi autorise au vu des dispositions claires et nettes contenues dans la Constitution. Une démocratie se mesure aussi dans la capacité des populations et de leurs leaders à savoir lire entre les lignes de la charte fondamentale et à en accepter et appliquer les dispositions, toutes les dispositions. Et toutes les personnes dotées de raison savent que le Président Sall va bientôt boucler son premier mandat sous le régime de cette nouvelle constitution. Nous n’avons nullement et nulle part entendu le Président Macky Sall dire qu’il souhaite briguer un nouveau mandat, mais nous savons que son maintien au pouvoir est une demande sociale et même une exigence sociale.
 
 
Dakaractu : Le problème c’est que même parmi vous leaders de l’Apr, il y en a qui disent que ce mandat sera de trop. 
 
 
Ces gens, il faut les nommer. Moi je considère Moustapha Tall comme un traître. S’il y’a des gens dans l’Apr qui pensent que le Président Sall ne doit pas se présenter en 2024, c’est parce qu’ils ne méritent d’être avec nous. C’est de la
lâcheté car rien dans ce que nous souhaitons n’est illégal. Au fur et à mesure qu’on s’approche de l’échéance électorale, d’autres peureux vont se faire entendre. On les voit déjà faire des clins d’œil à l’opposition, pensant que c’est la fin. Et nous saurons leur apporter la riposte qui convient, à ces gens-là. Autre chose : Nous n’avons pas le droit de laisser ce pays entre des mains inexpertes comme celles des leaders de l’opposition. Comment peut-on oser céder le terrain à des gens comme Sonko et Barth? Des politiciens qui ne peuvent que débiter des insanités et ameuter les jeunes pour déstabiliser ce pays. C’est même inimaginable ! Nous les soupçonnons d’avoir derrière eux des lobbys que nous identifierons bientôt.
 
 
Dakaractu : Sonko et son Nemeeku Tour font visiblement très mal à l’Apr ? 
 
Ousmane Sonko est un manipulateur. Ce nemeku Tour est absurde. Cette tournée n’a rien de politique. C’est juste une stratégie qu’il s’est inventée. Il le fait juste pour échapper aux griffes de la  justice qui l’a à l’œil dans le cadre de l’affaire qui le lie à Adji Sarr. Son objectif c’est de faire croire aux Sénégalais que l’État a instrumentalisé l’ouverture de son procès pour l’empêcher de continuer son agenda. Et partant de ce manège, il se victimise pour s’attirer la sympathie des populations. Il est aidé en cela par ses complices de la « Conférence des Leaders » qui sont manipulés autant que certains Sénégalais le sont par le leader de Pastef. 
 
Les Sénégalais n’attendent pas de Sonko qu’il s’attaque au Président Macky Sall, qu’il lui dresse un mauvais bilan  ou qu’il se mette à dérouler ce programme utopique qu’il dit détenir. Ils ont besoin de savoir s’il est ou pas impliqué dans cette histoire de mœurs. C’est tout ! Il n’a qu’à venir répondre au juge sans bruit ni tintamarre. C’est un justiciable comme tous les autres Sénégalais. Alors qu’il arrête son cinéma et vienne jouer son rôle au procès pour, le cas échéant, laver sa peau...
 
 
Dakaractu : Cette convocation risque de créer du bruit. Et même au plan international, on s’attend à des complications avec notamment l’implication des leaders de la société civile.
 
 
Il faut les nommer ces gens auxquels vous faites allusion. Alioune Tine n’est pas de la société civile. C’est un homme politique, tout comme Seydi Gassama et les autres. Ces gens perdent au change quand tout va bien dans ce pays. Et justement quand tout va bien, ils essaieront toujours de trouver quelque chose sur quoi ils peuvent épiloguer. Le silence ne les nourrit pas encore moins la paix et l’oubli. Pour exister, ils sont obligés de sauter sur toutes les occasions, même les plus insignifiantes.
 
Et je suis étonné de les voir s’emmurer dans le silence lorsque, à l’occasion du Neemeku Tour d’Ousmane Sonko marquée par une effusion de sang, des citoyens sont attaqués, bastionnés. Voilà un sujet qui devrait les intéresser. Il n’y a que Gassama qui a essayé de rectifier le tir, mais malheureusement, sa sortie n’a eu aucune saveur car assez timide et assez fade. Ces questions de grande portée sociale ne les intéressent pas. 
 
Autre chose : je me pose encore aujourd’hui une fois cette question. Pourquoi ces caïds de la société civile ont des mandats interminables ? Dites-moi si la règle des 02 mandats leur est appliquée ou pas ? Ils sont inamovibles ! N’est-il pas temps pour eux de céder la place à la jeune génération ? Se considèrent-ils trop intelligents, trop pertinents, trop courageux pour penser que leur départ serait préjudiciable à la société civile ? Je crois que le moment es venu pour eux de vider le plancher.
 
 
Dakaractu : Vous êtes CESE. Cette institution à laquelle vous appartenez est sans objet et certainement un gaspillage financier, selon une partie de l’opposition.
 
 Je démens cette impression. Le Conseil Économique, Social et Environnemental est l’une des institutions les plus importantes du Sénégal pour son cahier de charges et pour le rôle attendu d’elle dans le cadre du développement économique, social et environnemental de notre pays. C’est une institution de débats, d’échanges et d’orientation sociopolitique capable d’aider les dirigeants au sommet de l’État de mesurer leurs décisions et de les équilibrer au prorata des nécessités et des urgences. Dans tous les pays au monde, il y’a cette institution. Maintenant, quand un Ousmane Sonko dit que c’est une institution inutile, on voit derrière ce commentaire de la démagogie pure et dure.
 
 
Dakaractu : Un petit commentaire sur le nouveau gouvernement 
 
C’est un gouvernement d’attaque composé d’hommes politiques et de technocrates avec un Premier ministre très diligent. Seulement, qu’ils sachent que nous attendons d’eux une posture typiquement politique parce que nous préparons la présidentielle de 2024. 
Mercredi 2 Novembre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :