Fabouly Gaye se défend : «Je ne dois rien à personne sauf… au Sénégal, et nul ne devrait se sentir au dessus de la loi»

Sa décision de quitter le PDS pour l’APR n’est pas passée inaperçue. Fabouly Gaye ancienne égérie de l’UJTL était en effet un virulent pourfendeur du régime en place, et avait même à l’époque préconisé un bras de fer avec l’Etat pour « libérer » Karim Wade. Plusieurs mois après et au bord des prairies marron, l’ancien l'ancien président du Conseil régional de Kolda défend son choix et argue ne rien devoir à personne. Sur les affaires en cours devant la Justice il n’émet plus d’avis mais martèle que « personne ne devrait se sentir au dessus de la Justice » au Sénégal.


Fabouly Gaye se défend : «Je ne dois rien à personne sauf… au Sénégal, et nul ne devrait se sentir au dessus de la loi»
Fabouly Gaye pourquoi ce choix de quitter le Pds pour l'Apr?
REPONSE : Je voudrais d'abord vous remercier de m'accorder l'opportunité de m'adresser au vaillant peuple sénégalais. Je ne cherche pas à répondre, dans cet exercice à mes détracteurs qui d'ailleurs n'ont jamais épousé mes actions. Je l'avais indiqué dans ma déclaration d'engagement aux côtés du  Président Macky SALL.  Contrairement à ce qu'une certaine opinion cherche à faire répandre dans la rue, autant le Président Macky SALL se donnait les moyens de me mobiliser à ses côtés, autant je courais vers lui pour les raisons suivantes. Premièrement, la concrétisation de sa vision pour le développement économique et social du pays en lançant son projet de refondation de l’action territoriale de l’Etat ;
Deuxièmement, la réalisation des projets d'ordre social notamment la CMU, les allocations familiales, les cartes d'égalité de chances  ont positivement impacté sur les populations de Kolda qui sont il faut le souligner très affectées par la précarité malgré nos potentialités sur tous les plans. Troisièmement, les programmes tels que le PUDC, le PromoVille, le PUMA ont doté notre région d'infrastructures routières et sociales de base très performantes qui induisent des retombées très importantes dans la vie de nos populations.  Quatrièmement, j'ai été très séduit par les grands projets du Président de la République en cours de réalisation. Je peux en citer entre autres : le TER, l'Autoroute Ila Touba, les infrastructures sportives (Arène nationale, Dakar Aréna...) la construction des cités religieuses et les mosquées sans oublier la DER qui est dotée de mécanismes très innovants en matière de financements des jeunes et des femmes...C'est pour ces quelques raisons et à la suite de son appel que j'ai accepté sans aucune condition de devenir un militant du Frère Macky SALL. J'entends à ce titre, servir, à ses côtés, le peuple sénégalais avec courage, dévouement et abnégation.
 
Vous étiez un virulent opposant au Président Sall qu'est ce qui vous a convaincu de le rejoindre?
A mon avis la liberté est une autonomie de choix. Il est clair que certains ont choisi la liberté de ne s'intéresser qu'aux sentiments dans leurs actions politiques alors  que pour ma part je préfère miser sur les actions qui affectent positivement Kolda et les koldois. C'est ce qui explique et va continuer à justifier le sens de mes choix.
Le sénégalais conviennent avec moi que je n'ai jamais caressé le Président de la République dans le cadre de l'exercice de mes responsabilités à l’opposition. A cet égard il est arrivé que des amis proches du pouvoir me fassent remarquer leur désapprobation. Malgré les nombreuses audiences qu'il m'a accordé dans le sens de me convaincre à le rejoindre je n'ai jamais varié dans ma posture d'opposant vis à vis du régime.
Le plus important aujourd'hui est que je suis séduit par ses initiatives surtout en faveur de ma localité et que j'ai surtout besoin de lui pour le parachèvement de ses œuvres à Kolda,  le dragage de notre fleuve, la valorisation de notre potentiel au profit des populations locales, la poursuite des projets de désenclavement interne et externe de Kolda, l'emploi des jeunes...

Vous considérez vous pas comme un transhumant de plus?
Généralement les acteurs politiques éprouvent des difficultés pour assumer leur option de migrer vers une formation politique ou de préserver leurs intérêts. Pour moi, il faut apprendre dans la vie et sur toutes les questions à assumer froidement nos choix qui à mon sens, devraient reposer sur des défis, des objectifs  et des ambitions.  Au Sénégal, les journalistes peuvent changer d'organes de presse, les sportifs peuvent migrer d'un club à un autre, sans états d'âme et ça ne choque personne. Mais, il suffit qu'un responsable change de camp pour qu'une certaine opinion se donne le droit de s'ériger en donneur de leçons. Ne cherchons pas loin, intéressons nous à notre relation avec nos différentes relations ou avec nos partenaires conjugaux  pour rendre compte que nous n'avons pas le droit à la parole.
Dans tous les cas, je voudrais indiquer ici que j’étais libéral, je le suis aujourd'hui beaucoup plus et je souhaite le demeurer éternellement. Mieux je ne dois rien à personne sauf aux koldois à qui j'accorde le privilège de valider mes actes et mes options.

Vos ex-frères libéraux et qui sont vos nouveaux alliés à  l'Apr ont mis en place un cadre  avec des objectifs déterminés. Adhérez-vous à leur vision? Si oui pourquoi?
Je voudrais encourager ces sœurs et frères qui ont adopté la résolution courageuse d'accompagner le Frère Macky SALL dans le cadre du renouvèlement de son mandat. Je voudrais les féliciter d'avoir fait preuve d'intelligence politique en mettant en place un cadre qui pourrait fédérer toutes les forces  libérales qui sont acquises au Président Macky SALL.
Toutefois, cette plate forme ne devrait en aucune manière se substituer aux organes légaux de l'APR et du Benno Bokk Yakkar et ne devrait jamais œuvrer dans le sens de détériorer davantage les relations entre les autres membres de la famille libérale et le Président. Bien au contraire l'action de ce cadre devrait favoriser la pacification des liens entre le Président SALL et WADE, gage d'une longévité des libéraux au pouvoir.

Comment appréciez vous  les affaires Khalifa Sall et Karim Wade?
J'ai toujours cru en la capacité de nos magistrats à rendre la justice au nom du peuple d'une manière indépendante. Mais dans le cadre de la traque des biens mal acquis, je me suis personnellement déployé en ma qualité d’ancien numéro 2 de l'UJTL pour dénoncer la procédure qui a abouti à l'arrestation  à l'emprisonnement, puis à la condamnation de notre Frère Karim WADE. En son temps, il faut le  reconnaitre et l'assumer partout, nous étions quotidiennement au front pour réclamer le respect de ses droits.
Aujourd'hui qu'il bénéficie dune grâce qu'il a lui même acceptée, je n'ai plus de commentaires à faire sur la question.
Pour le cas de Khalifa SALL, l'affaire étant pendante devant nos tribunaux, je préfère attendre la fin du processus pour émettre  au besoin un avis sur la question.
Dans tous les cas, le Sénégal doit poursuivre son action sur la mise en place de mécanismes favorables à la lutte contre la mal gouvernance.

Soutenez vous Cheikh Bamba Dièye dans sa dernière sortie ou pensez vous qu'il à exagéré
Au Sénégal, nul ne devrait se sentir au dessus de la loi au point de se permettre de dire ce que l'on veut, à n'importe quelle circonstance, pour quelque ambition que ce soit. La démocratie étant à mon sens un processus infini, les acteurs de la vie de notre nation devraient continuer à se battre pour une séparation nette entre les pouvoirs, une justice forte, une assemblée nationale constructive. Dans cet élan, l'utilisation des armes conventionnelles me paraît beaucoup plus responsable que les déclarations incendiaires de nature à jeter le discrédit sur l'honneur des magistrats ou de quelques segments de la société.
Le plus souvent, dans le seul but de se « victimiser », nos acteurs politiques tiennent à la vieille des élections des déclarations irresponsables. Pourtant, lors de la traque des biens mal acquis les mêmes chefs de parti, alors alliés du pouvoir en place, demandaient avec véhémence aux libéraux de faire confiance à la justice et de ne jamais perdre de vue que le frère Karim Wade est un citoyen ordinaire qui n'est pas au dessus de la loi.
Jeudi 9 Août 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :