Esclavage en Libye : Le réseau des journalistes pour le retour volontaire et l’immigration régulière, s’indigne et lance un appel


Après la diffusion d’une vidéo de CNN montrant une vente aux enchères des migrants africains comme esclaves en Libye, des voix continuent de s’élever pour s’indigner en appelant à mettre fin à ces pratiques ignobles qui se passent encore  dans un pays du continent africain. Dans le lot des marches qui ont été organisées dans certaines grandes capitales du monde en guise de réactions à ces comportements malsains il y’a également celles des africains qui n’ont pas voulu  accepter que leurs compatriotes criminels  replongent le continent noir dans des situations de trouble qu’il a connues dans le passé. Mais sans s’en limiter à s’indigner de ce qui  se passe en terre libyenne, les autorités africaines ont aussi le devoir de freiner la migration de ses enfants vers les zones à risques comme la Libye, l’Espagne, Marcoc entre autres qui sont des territoires de désastres pour eux. En faisant des efforts  des investissements pour camper et fixer les candidats à la migration  dans leurs territoires respectifs. En ce qui concerne le Sénégal nos autorités doivent laisser leurs déclarations d’intention face à un fléau de si grande ampleur qui poursuit de manière dramatique  avec tout son corolaire de mal dans le pays. C’est à elles  de développer une politique volontariste pour fixer ces derniers dans leurs zones respectives. Elles doivent  s’engager à décourager les voyagistes dans leur volonté d’envoyer à l’aventure des jeunes sans expériences à leur risque et péril dans des foyers de tensions  comme la Libye où rien ne manque et rien ne marche, rien qu’en échange avec  de petits sous. Or ce territoire est devenu depuis la chute de Khadafi un foyer de tensions où chaque chef d’armée s’active pour le contrôle du pouvoir faisant que les étrangers y sont très exposés par le fait de leurs vulnérabilités. Malgré tout, les voyagistes véreux continuent  d’embarquer des jeunes désœuvrés dans ces lieux de désespoir. Le réseau des journalistes pour le retour volontaire et l’immigration régulière (RJ/ RV/IM) condamne avec la dernière énergie, ces actes d’une autre époque et en appelle à la responsabilité des uns et des autres. Par ailleurs, le réseau invite l’Etat à  favoriser le retour volontaire de nos frères en mettant en place un dispositif d’accompagnement psychologique et financier afin de faciliter leur réinsertion. De même le réseau invite la jeunesse africaine en général et sénégalaise en particulier à se rapprocher des services compétents pour une immigration régulière et sans risque. 


Le SG du réseau M. O. Ndiaye 
Jeudi 23 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :