Annulation de la saison de football par la FSF : Entre incompréhensions, paradoxes et frustrations, les journalistes sportifs décryptent les plans de jeu du comité exécutif.

Les récentes décisions prises à l’issue de la dernière réunion du comité exécutif fédéral ne semblent pas faire l’unanimité dans le milieu footballistique Sénégalais. En effet, avec l’annulation pure et simple de l’ensemble des championnats pour le compte de la saison 2019/2020 tronquée par la fulgurante pandémie de la covid-19. Ce sont les rêves de trophée et ou de montée de plusieurs clubs qui se sont brutalement envolés. Entre la torpeur et l’incompréhension des supporters et amateurs, la colère noire de certains dirigeants de clubs prêts à en découdre avec la fédération Sénégalaise. Des journalistes sportifs aguerris, interpellés sur le sujet par la rédaction, tentent avec objectivité de décrypter les décisions du comité exécutif.


Cheikh Tidiane Diagne (Journaliste sportif à la RFM) : « On ne pouvait pas jouer au foot dans ces conditions… »

Dans cet exercice peu commode mais nécessaire pour éclairer un peu plus l’opinion qui cherche encore des réponses, c’est avec clairvoyance que Cheikh Tidiane Diagne de la radio futurs médias, s’est prêté au jeu des questions réponses. Peu surpris par l’annulation de l’ensemble de la saison de football, il s’expliquera en ces termes : « La fédération n’a pas le temps d’attendre la fin de cette pandémie de covid-19. On est déjà au mois de juillet, on a déjà perdu quatre mois sans jouer au football. Les joueurs sont-ils dans les conditions physique et mentale pour jouer ? C’est tout un ensemble de paramètres à prendre en compte. » 

La faute au coronavirus, il fallait agir renchérit le journaliste du groupe futurs medias : «Vous le voyez actuellement seuls les championnats européens de football se déroulent. Nous avons tous vu dans quelles conditions ces matches se jouent avec des huis clos. Mais au-delà de ça, le protocole sanitaire est respecté. Alors est-ce que nous, au Sénégal nous avons les moyens de pouvoir respecter tout cela ? En termes de protocole sanitaire, il me semble que ça sera impossible. On ne pouvait pas jouer au foot dans ces conditions », fera-t-il savoir sans complaisance.

« C’est une situation exceptionnelle, une année exceptionnelle… » 

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, semble concéder Cheikh Tidiane Diagne : « La Linguère de Saint-Louis dirigée par Amara Traoré, est en train de tirer la sonnette d’alarme. Pour eux, c’est un sentiment d’injustice. Ils auraient bien aimé poursuivre le championnat ou trouver une autre solution permettant à la Linguère de revenir dans l’élite après tant d’efforts… Dans ce genre de situation, c’est très difficile. Parce que ces décisions peuvent ne pas arranger une partie et profiter à une autre… Il revient aux équipes qui se sentent lésées de mener la lutte… C’est une situation exceptionnelle, une année exceptionnelle… » 

« Il y a-t-il eu des combines et autres ? Je ne pense pas que les dirigeants du football sénégalais soient à ce niveau… »

« Il y a-t-il eu des combines et autres ? Je ne suis pas dans le secret des Dieux. Je pense que la fédération en toute légitimité et en toute responsabilité a pris la décision qui était la meilleure, selon elle… Je ne pense pas qu’il y a eu des combines… Je ne pense pas que les dirigeants du football sénégalais soient à ce niveau. Ceux-là qui ont pris la décision de choisir Teungueth FC et le Jaraaf pour représenter le Sénégal lors des prochaines joutes continentales ont dû se baser sur certaines caractéristiques… Ailleurs, des gens ont eu recours au même procédé et la fédération a jugé nécessaire de faire de même. Il y aura forcément des contestations. » 

Salif Diallo, Journaliste sportif à l’Agence de presse Sénégalaise (APS)

Grand connaisseur du football Africain et donc du football local Sénégalais, Salif Diallo, bien connu des services de la confédération Africaine de football (Caf) est en phase avec le comité exécutif. « Je pense que les décisions sont fondées. Fondamentalement, on n’a pas les moyens d’organiser des matches à huis clos ici. Cela suppose qu’on mette des thermo flash sur tous les terrains, que les joueurs soient régulièrement testés etc… Je pense que c’est une sage décision que le comité exécutif de la fédération a prise. » 

« Donner le titre de champion à Teungueth FC après seulement 13 journées jouées, ça peut poser problème… »

Dans la foulée, il avouera que ça aurait été illogique de filer le trophée aux Rufisquois après seulement une partie de saison validée : « Donner le titre de champion à Teungueth FC après seulement 13 journées jouées, ça peut poser problème. Là où les gens ont donné des titres, les deux tiers du championnat ont été joués. » Un avis que ne semble pas partager les dirigeants du TFC toujours pas résolus à voir leur belle première partie de saison réduite à néant.

À en croire Salif Diallo dans un souci d’équité : « Je pense que la fédération a coupé la poire en deux pour ne pas frustrer ces équipes (Teungueth et Jaraaf) en qualifiant les deux premières équipes. Il est vrai que les clubs qui sont en Ligue 2 et qui espèrent monter en ligue 1 peuvent se sentir lésés. Mais si vous regardez la configuration des championnats de la L2 jusqu’en national 1, on peut comprendre la décision de la fédération. Certes, c’est difficile pour Teungueth FC qui a dominé la première partie du championnat. Mais en football tout peut arriver… Tant qu’une compétition n’est pas terminée tout peut arriver. » Une posture assez proche de celle du président de la FSF, Me Augustin Senghor qui défendait la même thèse sur les ondes de la RFM, au lendemain de la publication desdites décisions. 

« Avec les différentes tergiversations du comité d’urgence de la FSF... »

« Avec les différentes tergiversations du comité d’urgence de la FSF cela a créé le doute dans l’esprit de certains. C’est la raison pour laquelle certaines personnes ont pu penser de lobbying etc... Personnellement, autant j’étais contre le système des Play-off / Play down, autant je comprends aujourd’hui parfaitement ces décisions… On a joué la moitié du championnat en L1 et L2 en national 1 et 2 on n’a pas encore joué la moitié des compétitions. Sportivement cela ne peut pas aller… Je comprends parfaitement que les équipes de TFC, de la Linguère voire de Ouakam puissent se sentir lésées par rapport à cette décision. Ils ont le droit d’ester en justice, d’utiliser d’abord les juridictions sportives ensuite pourquoi pas la justice civile. On sait qu’en France Amiens et Toulouse ont fait la même chose quand ils ont été rétrogradés… » 

« Les 20 millions qu’on a donnés aux équipes qui vont disputer ces joutes Africaines.. »

« C’est une très bonne chose que la fédération ait déjà donné 20 millions FCFA en plus des 15 millions à chaque club de L1. Les 20 millions qu’on a donnés aux équipes qui vont disputer ces joutes Africaines, Teungueth FC pour la ligue des champions et le Jaraaf pour la Coupe CAF, sont tout à fait justifiés. Il faut que cela continue parce que le Sénégal ne plus être en marge. Il faut qu’on réussisse à se qualifier en phase de poule de la LDC Africaine et ou en Coupe CAF. Maintenant, même les clubs Mauritanien, Malien, Guinéen, Béninois avec tout le respect que je leur dois arrivent à intégrer ses phases de poule. Il n’est pas question que le Sénégal n’y arrive pas. » 
 
Aliou Goloko, journaliste sportif, CAF Media Officer… 

« La décision de ne pas déclarer le Teungueth FC Championne du Sénégal m’a paru un peu incompréhensible… »

Pour le chevronné journaliste Aliou Goloko, la retenue reste de mise dans ce feuilleton qui n’a pas fini de faire couler de l’encre. L’ancien collaborateur de TV5 et du groupe Canal+ se dit convaincu : « Il fallait aller vers une annulation  complète de la saison de championnat parce que tout simplement les conditions économiques ne permettaient pas la poursuite de ce championnat. La fédération et la Ligue Pro n’avaient aucun engagement vis-à-vis d’un sponsor quelconque. » 
Malgré tout cela, Goloko s’est dit tout de même assez surpris. « La décision de ne pas déclarer le Teungueth FC Championne du Sénégal m’a paru un peu incompréhensible. Ce serait bien qu’on explique les motifs, le pourquoi du comment…  Je ne pourrais pas me prononcer tant que je ne connaitrais pas les tenants et les aboutissants de ces décisions. Il va falloir attendre les explications officielles de la fédération ou de la Ligue Pro avant de pouvoir se prononcer. » Un éclairage émanant de l’instance dirigeante du football Sénégalais serait donc la bienvenue pour édifier les uns et les autres une bonne fois pour toutes.
 
« Il faudrait déjà que ces clubs, Teungueth FC et Jaraaf acceptent de participer à ces compétitions Africaines… »

Certes une enveloppe a été dégagée par la FSF pour soutenir les clubs de l’élite à la division africaine. Mais l’inquiétude de Goloko reste justifiée : « Il faudrait déjà que ces clubs, Teungueth FC et Jaraaf acceptent de participer à ces compétitions Africaines. Depuis plus de 10 ans les clubs Sénégalais ne sont pas performants sur les compétitions de la CAF. En termes de coût, c’est très cher  de voyager en Afrique… Rappelez-vous que Teungueth FC avait refusé de s’engager en coupe CAF la saison dernière parce qu’elle pensait qu’elle n’avait pas les moyens pour le faire. Cette année c’est diffèrent, c’est la ligue des champions, je ne sais pas quel est la situation du TFC vis-à-vis de la CAF parce que généralement quand une équipe renonce comme ça, elle peut être suspendue ou avoir maille à partir avec le règlement de la CAF.

Mais si tel n’est pas le cas, je pense que TFC pourrait bien représenter le Sénégal en Ligue des champions Africains et pourquoi pas enfin être la première équipe sénégalaise à participer aux phases de poule de la LDC Africaine. »

Mais au-delà de tout ça, Aliou Goloko pose le problème de la viabilité de nos clubs. Il faut qu’on repense le business modèle des clubs de football au Sénégal pour qu’ils soient des entreprises pérennes, conclura-t-il.

Adama Ndione, journaliste à la RTS 
« Je suis étonné de voir que le championnat s’arrête là… »

Entre la surprise née des dernières résolutions prises par le comité exécutif fédéral, le journaliste de la chaine nationale, Adama Ndione semble chercher les soubassements d’une telle annonce. « Je fais partie de ceux qui ont été surpris de la décision. D’autant plus, qu’elle était inattendue en ce sens que compte tenu des différents évènements qui se sont passés et compte tenu des différentes initiatives qui ont été prises par les autorités fédérales. On s’attendait peut-être à un autre réaménagement qui puisse tout au moins en tous cas consacrer des champions en L1 et L2. Ou essayer de voir quelle est la solution qui arrange le plus de monde... Personnellement je suis surpris. Je suis étonné de voir que le championnat s’arrête là et que des décisions incongrues ont été prises. À mon sens, ce sont des décisions plus ou moins ubuesques et un peu contradictoires », s’est-il désolé dans un premier temps.

« C’est un championnat qui se joue en aller et retour avec un début et une fin… »

Car, dans une seconde approche, il tentera de trouver une certaine cohérence ou du moins une base légale qui justifierait cette annulation de la saison 2019/2020. « Sportivement parlant, étant donné qu’un championnat est à phase aller et retour, on ne peut pas désigner un champion uniquement sur la base des matches aller. Effectivement ce sont les textes qui le disent. C’est un championnat qui se joue en aller et retour avec un début et une fin. Maintenant, compte tenu du point règlementaire désigner TFC championne aurait pu apparaitre comme injuste pour les autres clubs qui étaient dans une bonne dynamique pour essayer de sortir la tête de l’eau…

Par exemple, en Ligue 2 GFC et Sonacos étaient très bien placés et rien ne nous dit que ces équipes n’auraient pas pu aller jusqu’au bout et coiffer les autres équipes au poteau. La même remarque est valable en Ligue 1 ou le Casa était très bien placé à deux points du Jaraaf classé 2 ème… Ça peut poser un réel problème d’équité et de justice sportive. »  

« Ce sont deux décisions contradictoires qui ne répondent à aucune cohérence sportive » 

« Le règlement ne prévoit pas la possibilité de désigner un champion à mi-chemin. Naturellement, il serait contradictoire de se baser sur les mêmes principes de légitimité et de légalité pour envoyer ces deux équipes en coupe Africaine sur la base des matches aller. Ces mêmes matches qui vous permettent de refuser le titre de champion à Teungueth FC et à la Linguère… Ce sont deux décisions contradictoires qui ne répondent à aucune cohérence sportive. » 

« Sportivement, il y a un arrêt du football mais financièrement, ils s’en sortent pas mal »

« Sportivement, il y a un arrêt du football mais financièrement ils s’en sortent pas mal. Au moment de la suspension du championnat à la date du 13 mai 2020, la fédération avait proposé une subvention de 5 millions FCFA aux clubs de L1, 3.5 millions FCFA aux clubs de L2 et 2 millions FCFA etc… Maintenant avec cette annulation du championnat à la date du 8 juillet, les clubs de L1 se retrouvent avec 15 millions FCFA par rapport à la décision initiale. Les équipes de L2 se retrouvent désormais avec 10 millions FCFA donc un peu plus de 7.5 millions FCFA de plus. Alors que les clubs de nationale passent de 2 à 7 millions FCFA. Si on une analyse du point de vue financier suivant ce raisonnement, peut-être que les clubs se disent : « Là on nous tend une bouée de sauvetage, financièrement nous allons être sauvé. » Cela fait peut être partie des raisons du silence de la part des clubs suite à ces décisions... » 

Cheikh Oumar Aïdara, Consultant en football 
« Ils ont pris le temps de définir un schéma de play-off et de Play-down après ils reviennent pour anéantir le travail… »
 
« J'ai été surpris : il y a trop de paradoxes dans ces décisions prises. Ils ont pris le temps de définir un schéma de Play-off et de Play-down après ils reviennent pour anéantir le travail de toute une année, c'est compliqué. » Telle a été la première réaction de Cheikh Oumar Aïdara suite à l’annulation des championnats respectifs. Depuis son fauteuil de consultant, il dénonce : « Pour l'annulation de tous les championnats, c'est pris de façon hasardeuse et on ne doit pas anéantir le travail d'une partie de l'année alors qu'il y'avait des possibilités de jouer même à huis clos et d'ailleurs même la Fifa a investi de l'argent dans l'accompagnement des fédérations afin qu'elles puissent terminer les matches dans des conditions sanitaires idéales. »
 
« Pression ou lobbying? Les fédéraux ont finalement donné raison à ceux qui pensent à ça… »
 
Pression ou lobbying, les fédéraux ont finalement donné raison à ceux qui pensent à ça et on a vu ce qui s'est passé après la première réunion où la pression venait de partout et il ne faut jamais céder à la pression, il fallait continuer dans la logique play-off/play down afin de ne léser aucun club, mais là en voulant équilibrer, ils ont fini par léser les plus méritants. TFC et la Linguère qui à leur tour peuvent recourir aux juridictions compétentes. Et la Linguère selon moi, a subi plus de mal, car on sait parfaitement qu'il n'est pas facile de jouer en ligue 2 ou en nationale au Sénégal. Du coup, la Linguère qui se battait pour arriver au sommet se voit arrêtée en cours de route avec l'incertitude de pouvoir reconduire les mêmes performances l'année prochaine. »
 
« Ne soyons pas surpris de voir les deux ou un de ces clubs désister… »
 
« C'est là le nœud de la question, auront-ils les moyens de s'affirmer au regard des difficultés financières mais aussi des soucis de compétitivité. Je pense ce sera juste une participation orientée dans le respect des exigences des compétitions du continent sinon rien de plus et ne soyons pas surpris de voir les deux où un de ces clubs désister pour faute de moyens ou d'objectifs... » 
Samedi 11 Juillet 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :