Ziguinchor / Agression, différend avec la mairie sur l’immeuble : Mamadou Badji fait l'économie du dossier


En conférence de presse ce samedi à Ziguinchor, le président de l’Amicale des élèves et étudiants de Ziguinchor est revenu sur le différend avec la mairie de la ville dirigée par Ousmane Sonko. Face à la presse régionale, Mamadou Badji a fait la genèse de ce différend et indiqué la raison de l’implication de l’ex Dg de l’Aibd, mais aussi de la gestion de l’immeuble après le renouvellement du contrat.
 
 L’agression sur la voie des 54m
 
J'ai été agressé. Je rends grâce, je me porte bien. Tout d'abord nous nous excusons devant nos parents de tout ce qui s'est passé.
On était en réunion et comme la secrétaire générale habitait à Kadialang, je l’ai déposée chez elle. C’est au retour, au niveau du boulevard des 54m que deux assaillants à bord d’une moto Jakarta m’ont intercepté près du camp militaire. L’un avait un câble et l’autre un long couteau  dont j’ai pu parer le coup qui a frôlé mon dos. C’est ce qui est à l’origine de cette blessure et l’autre le câble. C’est la lumière d’un taximan qui les a fait fuir. Avec ma blessure, je me suis immédiatement dirigé à l’hôpital, mais à cause du traumatisme, je suis tombé avec ma moto. C’est des gens à côté qui m’ont secouru et m’ont emmené à l’hôpital.
 
Les tractations et la sensibilité de l'affaire
 
Nous remercions tous ceux qui ont entrepris une médiation pour la décrispation de la situation. 
Le bailleur nous avait menacé d'expulsion durant le magistère de Baldé, car il y avait des retards de paiement. Nous étions obligés de trouver une solution pour éponger cette dette. Ce sont 70 garçons et 80 filles qui y logent, beaucoup n'ont pas d'abri et c'est cet immeuble qui leur sert de logement. Nous avons fait trois fois le déplacement de Dakar à Ziguinchor pour leur expliquer la complexité de cette expulsion. Nous avons alerté pour sauver la situation. Dites moi, il y a quoi de politique dans cette affaire. On n'est pas des politiques et demandons à nos frères qui sont sortis pour nous contrecarrer dans les médias, de nous unir pour l'intérêt des étudiants et refuser l'immixtion de politiques entre nous.
 
L’origine des 5 millions
 
Le ministre Doudou Kâ avait mis en place une caravane pour les élections locales. Et comme il y'avait retard de paiement, nous en avions profité pour venir à Ziguinchor pour mener le combat et pousser la mairie à régler la situation. Une fois à Ziguinchor et l'information parvenue à Doudou Kâ, il nous a promis de remettre 5 millions sous forme de subvention pour notre caisse. C'est ce que nous avons remis au bailleur pour éponger la dette.
 
La menace de l'expusion
 
C'est la menace d'expulsion du bailleur et la résiliation du contrat annoncée par le maire qui nous ont fait sortir. Nous avons été chez lui a Dakar, il a refusé de nous recevoir. Le député Guy Marius Sagna nous a promis de porter le combat, mais rien. Nous avons rencontré le maire grâce à Djibril Sonko mais là aussi, rien. C'est à partir de ce moment là que nous avons rencontré l'imam ratib de Ziguinchor qui a interpellé le gouverneur et qui à son tour, en vain a contacté le maire. Si le contrat est résilié, au minimum 120 jeunes vont abandonner, des filles s'donneront à des pratiques peu orthodoxes pour subvenir à leurs besoins et à leur études. 
 
La gestion après le bail renouvelé
 
Ce que nous faisons c'est pour les étudiants de Ziguinchor tout comme le maire qui dirige la mairie. Ce que nous demandons c'est qu'il nous laisse gérer l'immeuble. Nous lui avions soumis un projet de lits superposés. Nous lui avions dit de tenir compte de 5 millions pour la subvention de ce projet qui est estimé à 13 millions. On n’est pas contre de la décision du maire de reprendre la gestion de l’immeuble. On ne va pas mener un combat parce qu’on ne gère plus. Mais il serait judicieux de laisser aux étudiants le libre choix de la gestion de l’immeuble.
 
Réponse à la politisation de l'affaire
 
Personne n'est derrière nous. Si toutefois une autorité de bonne foi veut aider les étudiants, nous irons la rencontrer. Nous avons rencontré la mairie à six reprises, et malheureusement, aucune évolution. La seule chose qui nous intéresse, c'est la résolution de nos problèmes...
Samedi 7 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :